BFMTV

Université de Tolbiac: vive altercation entre un professeur et des étudiants

L'Université de Tolbiac a voté la reconduction du blocage

L'Université de Tolbiac a voté la reconduction du blocage - THOMAS SAMSON / AFP

Une altercation a éclaté entre un professeur de l'Université de Tolbiac et plusieurs étudiants ce mardi midi pendant l'Assemblée générale.

Ambiance particulièrement tendue ce mardi midi à l’Université de Tolbiac lors de l’Assemblée générale. Un professeur de mathématiques s’est retrouvé au cœur d’une altercation avec une vingtaine d’étudiants.

Alors qu’il avait la parole, réclamant le déblocage de l’Université, il s’est fait insulter et interpeller par plusieurs étudiants. L’un d’eux l’a notamment interrogé sur des faits remontant à 2016, lorsqu’il était encore président. Il lui a été reproché le fait d’avoir fait appel aux forces de l’ordre pour déloger les étudiants qui, à l’époque, manifestaient contre la loi Travail.

Des faits niés en bloc par le principal intéressé qui a provoqué le mécontentement d’une bonne partie de la salle. Quand il a voulu rejoindre sa place, des étudiants ont décidé de lui barrer le passage. La situation aurait alors dégénérée. Le professeur aurait bousculé un étudiant. Un attroupement s'est formé autour de lui. "La sécurité est intervenue pour les séparer", a précisé l’Université.

Vidal appelle au calme 

L'enseignant a décidé de ne pas porter plainte. La présidence de l’université parle, elle, d’une bousculade. Du côté des étudiants, on estime que le professeur doit démissionner de ses fonctions.

Tolbiac a voté la reconduction du blocage à l’Université pour ce mercredi. Ils étaient environ 300 étudiants présents lors de cette Assemblée générale. Ces derniers se mobilisent contre la hausse des frais d’inscription pour les étudiants étrangers.

"Tolbiac a une fois encore été la scène de débordements ce midi en marge d'une assemblée générale", a tweeté la ministre de l'Enseignement supérieur, Frédérique Vidal. "L'université est un lieu de débat où la violence n'a pas sa place. J'en appelle à la responsabilité de chacun pour rétablir le calme", a-t-elle ajouté.

Dah Magassa