BFMTV

Réforme du collège: le casse-tête des classes bilangues

Annoncée avec la réforme du collège, la disparition des classes bilangues en 6e ne sera pas réellement effective à la rentrée 2016. Malgré des incohérences en fonction des régions, certaines académies vont maintenir ces enseignements.

La fin des classes bilangues, permettant aux élèves de 6e d’apprendre une seconde langue, a été annoncée trop tôt. En mars dernier, Najat Vallaud-Belkacem présentait en effet sa réforme du collège. Elle introduisait une seconde langue dès la 5e, soit un an plus tôt qu’aujourd’hui tout en supprimant l’option bilangue en 6e, qui n’avait plus lieu d’être. 

Des incohérences selon les académies

Les professeurs d’allemand ont immédiatement fait part de leur inquiétude, pour leur discipline et leurs postes. Mais dans les faits, toutes les classes bilangues ne vont pas disparaître. Cette année, les rectorats de Paris et de Nice ont largement maintenus leurs classes bilangues (la totalité pour Paris, 90% pour Nice). Mais des incohérences ont vu le jour: à Caen 95% de ces classes ont été supprimées, à Lille elles sont maintenues mais uniquement dans les Zones d’éducation prioritaires, contrairement à Bordeaux. 

"Aucune transparence" 

Chaque académie fait donc ce qu’elle veut, alimentant le sentiment de "loterie" vécu par les parents, selon Valérie Sipahimalani du Syndicat national des enseignements du second degré (SNES). Cette enseignante défend aussi ses collègues, qui ont déjà manifesté leurs craintes sur cette réforme. 

"On n’a aucune transparence, on pense que 130 collègues vont se retrouver sans travail dans l’académie de Lille à la rentrée prochaine".

Ces professeurs pourraient rejoindre mardi les rangs des manifestations contre la réforme du collège. L'intersyndicale a en effet appelé à la grève, en même temps que plusieurs syndicats de fonctionnaires. Des défilés sont prévus à Paris et en province. 

Renforcement au primaire

En revanche, plus d’un millier d’écoles primaires supplémentaires vont enseigner une seconde langue dès la rentrée 2016, a annoncé le ministère de l'Education nationale. Aujourd’hui 4.300, elles seront 5.500 à proposer en septembre prochain l’apprentissage en grande majorité de l’allemand (1.000 écoles de plus), mais aussi de l’espagnol (200 écoles de plus), l’italien, le chinois, l’arabe, le russe…

Certains collèges vont s’adapter et proposer des "dispositifs de continuité" pour que les élèves qui ont appris une langue puissent poursuivre en 6e, en plus de l’anglais. Selon le ministère de l’Education nationale, 3.000 collèges vont proposer à la rentrée deux langues en 6e. 

M.L., V.F.