BFMTV

Méthode Boscher: pourquoi ce livre de lecture daté de 1906 est-il encore un succès aujourd'hui?

La méthode rouge de Boscher est rééditée tous les ans à 50.000 exemplaires.

La méthode rouge de Boscher est rééditée tous les ans à 50.000 exemplaires. - André Durand - AFP

Créée en 1906, cette méthode d'apprentissage de la lecture est un bestseller, rééditée tous les ans par la maison d'éditions Belin. Mais d'où tire-t-elle son succès?

Méthode Boscher ou La journée des tout petits. Ce livre à la tranche rouge a plus de 110 ans, mais reste la meilleure vente de Belin Education aux parascolaires. "On réédite 50.000 exemplaires de la méthode rouge tous les ans", explique Nolwenn Tisseau, éditrice du secteur primaire et jeunesse chez Belin, à BFMTV.com.

"C'est une méthode plébiscitée par les familles", continue Nolwenn Tisseau, car "elle comporte une forte valeur patrimoniale. Les personnes qui ont aimé apprendre avec ce livre le transmettent à leurs enfants, ou leurs petits-enfants. Il y a une réelle dimension transgénérationnelle."

Ces ventes fonctionnent si bien que la maison d'édition a lancé une collection Boscher, avec plusieurs types de carnets d'apprentissage, comme par exemple Mes petites leçons d'informatique. Belin réédite également "la méthode verte" de Boscher, tous les ans à 5000 exemplaires.

La technique Boscher est dite syllabique. Comme son nom l'indique, elle s'attache aux syllabes: les enfants apprennent l'alphabet puis, petit à petit, à lire les syllabes que forment les lettres combinées entre elles. Ainsi "b" et "a" associés font le son "ba". "La méthode syllabique, c'est le b.a.-ba", avait d'ailleurs rappelé sur BFMTV Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Éducation, qui plébiscite ce système.

A qui est destiné le livre?

Le livre est destiné aux enfants principalement. Selon Belin, la force de cette méthode est le fait qu'elle ait été conçue par un professeur, Mathurin Boscher, qui enseignait à plusieurs niveaux différents, et a donc créé en 1906 un "outil complet et simple d'utilisation" pour différents âges. De plus avec ce livre, "on n'apprend pas seulement la lecture, mais également l'écriture et le calcul", explique l'éditrice.

En marge des fascicules obligatoires, des enseignants emploient cette méthode, notamment pour des élèves qui ont plus de retard, plus de difficultés dans l'apprentissage de la lecture, selon plusieurs retours faits à Belin. "Des associations l'utilisent même pour des personnes allophones [personnes dont la langue française n'est pas la langue maternelle]", explique Nolwenn Tisseau, "même quand il s'agit d'adultes".

Le livre a-t-il changé depuis 1906?

Le livre n'a "presque pas changé. Il était un petit peu plus petit dans son format d'origine, moins épais", explique l'éditrice, ajoutant qu'au début "il n'y avait que des petits dessins, la grande illustration en haut des pages a été ajoutée dans les années 1920", soit plusieurs années après la mort de son créateur, décédé en 1915.
-
- © Capture d'écran site de Belin Éducation

Dans les années 1960, Boscher est moins enseigné, avec l'arrivée en force de la méthode globale à l'école, comme le raconte Le Figaro. Il s'agit, avec cette technique, d'apprendre à reconnaître un mot visuellement, avant de le découper par syllabes ou lettres. La méthode Boscher est alors passée de l'école aux particuliers, aux familles.

Belin a repris les droits du livre rouge en 1984, alors que la méthode globale était tombée en désuétude. Chez eux, il a subi "des retouches légères", assure Nolwenn Tisseau. Elles ont surtout consisté à retirer certains mots trop datés qui n'étaient plus utilisés. "On a toutefois laissé quelques termes marqués années 1950".

Salomé Vincendon