BFMTV

Jeu "de la bousculade": le nouveau jeu dangereux dans les cours de récréation

Des élèves dans une cour de récréation de Toulouse, le 1er septembre 2020.

Des élèves dans une cour de récréation de Toulouse, le 1er septembre 2020. - LIONEL BONAVENTURE

Un élève de 10 ans a été victime d'un AVC après avoir joué à plusieurs reprises avec ses camarades au jeu "de la bousculade". Ses parents ont tenu à alerter les autres parents d’élèves, les enfants et les enseignants.

Jeu du foulard, jeu de l’olive, le défi du piment… Les enfants ne manquent pas d’inventivité pour s'amuser, parfois en se mettant en danger. Un nouveau jeu a fait son apparition dans les cours de récréation. Le principe: entourer un camarade et le bousculer par surprise. Cette nouvelle mode a failli coûter la vie à un enfant de 10 ans en région parisienne, ont rapporté mercredi Ouest-France et RTL.

Un "punching ball"

Le jeu se déroule donc en groupe, les écoliers se positionnent en cercle, les bras croisés et se renvoient l’un de leur camarade, comme un ballon. Si l’enfant se porte volontaire pour jouer, il n’y a, a priori, pas de danger particulier. En revanche, il arrive également que certains attaquent l’élève par surprise. Il est alors poussé d’enfants en enfants, ballotté tel un "punching ball" jusqu’à tomber à terre.

C’est ce qu’il s’est passé récemment dans une cours de récréation de la région parisienne. Le médecin Michel Cymes explique au micro de RTL qu’un jeune de dix ans, que la rédaction a choisi d’appeler Pierre, s’est retrouvé à l’hôpital après avoir participé à ce jeu.

L’élève est décrit comme "un peu frêle, gentil, pas très costaud et apprécié par ses camarades mais une bonne cible pour ceux qui s’amusent à ce genre de jeu."

Poussé violemment par ses camarades, Pierre a fini par tomber au sol, le cou heurtant brutalement une barre en métal. "Se bousculer, on l’a tous fait mais là, c’est comme une balle qui passerait d’un enfant à l’autre, rapidement et violemment. Et souvent, il y a le coup du lapin, surtout quand on est bousculé par-derrière", souligne le médecin.

Coup du lapin

L’élève est toutefois retourné en classe. Les symptômes sont apparus quelques heures plus tard. En fin de journée, Pierre est de retour à la maison et se plaint auprès de sa maman de douleurs au cou. Les jours passent et il participe encore au jeu "de la bousculade" dans la cour de récréation. De nouveau secoué, cette fois il subit le coup du lapin, un traumatisme violent au niveau de la nuque. Mais une fois encore, il poursuit sa journée malgré la douleur. En classe, il n’arrive bientôt plus à trouver ses mots.

“Qu’est-ce qui t’arrive Pierre, tu bugges?", réagissent ses camarades et l’institutrice.

Lorsque l’écolier tente de boire un verre d’eau, il est touché par une paralysie de la moitié du visage. Il est aussitôt pris en charge par les secours et malgré "des errements", selon Michel Cymes, passe de nombreux examens médicaux, dont une IRM.

Le verdict tombe: Pierre, pourtant âgé de 10 ans, a fait un accident vasculaire cérébral, c’est-à-dire un AVC. Un cas particulièrement rare à cet âge. Selon les radiologues, l’enfant a subi une dissection de l’artère carotide, la principale artère du cou lors de sa chute sur la barrière. Un caillot de sang s’est formé, permettant à du sang de circuler jusqu’au cerveau.

La mise en garde des parents

Après plusieurs jours d’hospitalisation, il a pu retourner sur les bancs de l’école. Ses jours ne sont plus en danger mais il doit suivre un traitement anti-coagulant. Pierre a également interdiction de jouer avec ses camarades pour se protéger.

Depuis, ses parents se sont mobilisés, en organisant une campagne de prévention avec la direction de l’école, auprès des autres parents d’élèves, des enfants et enseignants. On ignore combien d’enfants sont touchés par ce phénomène.

Par E.P avec AFP