BFMTV

"Détérioration du climat scolaire" en Seine-Saint-Denis: une députée interpelle le ministre de l'Education

La députée LFI Sabrine Rubin dénonce dans une lettre au ministre de l’Education nationale la détérioration du climat scolaire en Seine-Saint-Denis. Une manifestation d'enseignants est prévue ce mercredi aux Lilas.

Les enseignants de quatre communes ont prévu de se rassembler ce mercredi devant la mairie des Lilas. Une manifestation qui intervient après la mort de Kewi aux Lilas, un adolescent du Pré-Saint-Gervais tué devant un stade où se tenait un cours de sport.

"Ce drame n'est hélas, pas un incident isolé: il fait suite à un climat d'insécurité et de violence qui va croissant sur cette ville et dans les communes limitrophes", écrit Sabine Rubin, députée LFI de Seine-Saint-Denis, dans une lettre ouverte adressée au ministre de l'Éducation Jean-Michel Blanquer. Dans ce courrier, elle dénonce la détérioration du climat scolaire.
"Il y a urgence (...). Le malaise des enseignants, particulièrement en Seine-Saint-Denis. L'an dernier il y avait déjà eu des rixes dans d'autres villes du département. Cette année sur les Lilas c'est le troisième jeune qui est ainsi attaqué aux alentours des lycées, voire pendant la période scolaire", insiste sur BFM Paris la députée La France insoumise. 

"On attend toujours les réponses du ministère"

Pour elle, le département de Seine-Saint-Denis souffre d'un grave manque de moyens et d'un manque d'écoute. Elle déplore que la remise l'an dernier d'un rapport parlementaire pointant du doigt les inégalités de traitement subies par le département de Seine-Saint-Denis n'ait rien changé.

"Que fait-on? On attend toujours les réponses du ministère et du Premier ministre sur la situation délétère des services publics en Seine-Saint-Denis", déplore Sabine Rubin. 

Ce mardi, la principale d'un collège de Bondy, en Seine-Saint-Denis, a tenté de se suicider mettant directement en cause l'Éducation nationale. Un acte, signe de la détresse de la profession, qui intervient moins d'un mois après le suicide d'une directrice d'école maternelle du même département. 

"Pour ce qui est des directeurs d'école il existe aussi des solutions. Des propositions ont été émises l'an dernier: des aides administratifs par exemple (...) Rien n'est mis en place. Ca n'est pas que le ministre ne connaît pas les solutions, c'est qu'elles ne sont pas mises en place", martèle Sabine Rubin. 

Ce mercredi, le ministre de l'Éducation Jean-Michel Blanquer a dit espérer "pouvoir annoncer des mesures" concernant les directeurs d'école au retour des vacances de la Toussaint. 

Carole Blanchard