BFMTV

Des parents recrutent des profs de lycée manquants sur Le Bon Coin

Le lycée d'Herblay, dans le Val d'Oise, manque cruellement de professeurs de physique et de maths. L'inquiétude grandit chez les parents mais aussi chez les enfants, qui craignent de ne pas être prêt pour l'an prochain.

Depuis le début du mois de septembre, il manque environ 250 professeurs dans les collèges et lycées de l'académie de Versailles, la plus grosse académie de France. En cause, les bas salaires et les mauvaises conditions de travail mais aussi et surtout le manque de candidats. Dans le Val-d'Oise, les élèves du lycée d'Herblay et leurs parents sont en première ligne.

Les parents à bout de nerfs

Le père de Leslie, élève de seconde, se sent impuissant face à cette situation et envisage de payer des cours de soutien.

"On est en train de perdre du temps et ça devient compliqué pour elle. Nous sommes préoccupés par cette situation. Pour l'instant on est dans l'attente mais on espère que ça va changer", déplore-t-il.

Pour faire bouger les choses, les parents d'élèves ont choisi une solution radicale: ils sont allés jusqu'à publier une annonce sur Le Bon Coin. "Sur l'ensemble du territoire, c'est 4.800 heures non effectuées depuis la rentrée du premier septembre", s'insurge Bruno Brisebarre, le président de la FCPE, la fédération de parents d'élèves. "Nous avons des emplois du temps qui sont des vrais gruyères. Ce n'est pas possible que l'on reste dans cette situation là", poursuit-il.

Une élève inquiète

Leslie aurait dû suivre trois heures de cours de physique-chimie par semaine mais il manque trois professeurs dans son établissement.

"Je m'inquiète un peu parce que la physique c'est quand même important pour la filière que je veux faire. La physique, les maths et la SVT (sciences de la vie et de la terre, Ndlr) ça correspond aux coefficients les plus importants pour le bac scientifique", s'inquiète la jeune fille.

Puisque ces matières ne lui sont pas enseignées, Leslie ne pourra pas savoir si elle aura "des bonnes notes" en seconde, ce qui bloquera son choix de "filière en première".

Cette année, près de 5.000 élèves supplémentaires ont intégré le second degré dans l’académie de Versailles. Le rectorat affirme tout mettre en œuvre pour remédier à la situation.

Julie Breon avec Johanna Ghiglia et Nella Prodhomme