BFMTV

Classement 2017: quels sont les meilleurs lycées de France?

Des lycéens passent l'épreuve du bac de philosophie, le 17 juin 2010 dans une salle de classe d'un lycée parisien (photo d'illustration)

Des lycéens passent l'épreuve du bac de philosophie, le 17 juin 2010 dans une salle de classe d'un lycée parisien (photo d'illustration) - Olivier Laban-Mattei-AFP

BFMTV.com a réalisé son propre palmarès des meilleurs lycées de France, et vous propose deux classements: l'un selon les chances d'obtenir le bac pour un lycéen qui entre en classe de seconde, et l'autre selon les objectifs de réussite des établissements.

Les "meilleurs" lycées de France ne sont pas forcément ceux que l'on croit. BFMTV.com a établi deux classements grâce aux indicateurs de résultats des lycées de métropole et d'outre-mer diffusés ce mercredi par le ministère de l'Éducation nationale.

Les meilleurs résultats au bac depuis la seconde

Le premier établit le palmarès des 20 premiers établissements, privés ou publics et généraux et/ou technologiques - qui ont présenté en 2016 au minimum 100 candidats aux épreuves du baccalauréat - où les élèves inscrits en classe de seconde ont le plus de chances d'obtenir le bac, tout en restant inscrits dans le même établissement.

Ce n'est donc pas le taux de réussite au bac en tant que tel qui prime mais le taux d'accès. Dans ce classement, aucun établissement n'atteint 100%, alors que 114 établissements sur 1.782 obtiennent cependant des scores de 100% de réussite au bac pour leurs élèves de terminale.

Les trois premiers établissements sont parisiens, avec des taux de réussite à 96% pour le lycée Condorcet sur la troisième marche du podium, 97% pour Henri-IV à la deuxième place, et enfin 99% pour le premier, l'École active Jeannine-Manuel. À noter que tous les trois obtiennent 100% de réussite pour leurs élèves de terminale, c'est-à-dire que plusieurs élèves de seconde ne sont pas allés jusqu'au bac. Louis-le-Grand, établissement à la célèbre réputation, n'est qu'à la 9e place, avec un taux d'accès au bac de 94%.

Le haut du classement n'est pas réservé aux lycées parisiens: à la septième place se trouvent un lycée marseillais et un versaillais, qui affichent tous deux 95% de réussite. D'autres établissements sont également très bien placés, comme dans le Bas-Rhin, les Yvelines, la Gironde et le Morbihan, avec des taux de chances d'obtenir le précieux sésame supérieurs à 90%.

En queue de ce classement se trouvent quatre établissements parisiens, dont les lycées Saint-Sulpice et Camille-Sée, où les élèves de seconde n'ont que 37% de chances d'y obtenir le bac. Pourtant, dans chacun de ces deux lycées, le taux de réussite des élèves de terminale qui se présentent aux épreuves est respectivement de 68% et même de 95%.

Comment expliquer cette différence entre ces taux records de réussite au bac pour les élèves de terminale et ceux, bien plus faibles, pour les lycéens scolarisés depuis la seconde?

"Dans le public, cela s'explique avant tout par des problématiques d'orientation", analyse pour BFMTV.com Hervé-Jean Le Niger, vice-président de la fédération de parents d'élèves FCPE. "En fin de seconde, si le choix d'orientation n'est pas proposé par le lycée, comme les filières technologiques ou professionnelles, l'élève doit changer d'établissement. Ce qui peut être le cas de Camille-Sée, de taille moyenne. Sans compter qu'avec le système Affelnet, les élèves peuvent se retrouver dans des lycées qui n'étaient pas leurs premiers choix. Dans le cas de Camille-Sée, cet établissement souffre d'un manque de demande. Pourtant, les classes y sont de petite taille, avec une équipe éducative d'enseignants de haut niveau, dont beaucoup d'agrégés."

Le palmarès des lycées les plus performants

Le deuxième classement établi par BFMTV.com met en lumière les lycées - parmi les 1.782 privés ou publics, généraux et/ou technologiques qui ont présenté aux moins 100 candidats aux épreuves - qui ont dépassé leurs objectifs de réussite au bac pour les élèves scolarisés depuis la seconde. C'est-à-dire qui ont eu des taux de réussite supérieurs à ceux qui étaient attendus, un taux appelé également valeur ajoutée.

"Le taux de succès d'un lycée dépend fortement des caractéristiques de ses élèves, au moins autant que de la qualité de l'enseignement qui y est dispensé", précise le ministère. De bons résultats qui peuvent s'expliquer par le fait "qu'il a reçu de bons élèves" mais aussi "qu'il a su développer chez des élèves les connaissances et les capacités qui ont permis leurs succès".

Contrairement à ce que l'on pourrait croire, les lycées les plus performants ne sont pas ceux qui obtiennent les meilleurs résultats au bac. Dans le trio de tête de ces établissements qui sur-performent: deux lycées parisiens, dont un privé, des 6e et 18e arrondissements, qui ont obtenu 23% de bacheliers supplémentaires par rapport à ce qui était attendu en 2016. Pour un autre établissement privé lillois, à la troisième place, ce taux de valeur ajoutée est de 19%.

Dans le reste de ce top 20: deux autres lycées parisiens mais aussi des établissements de la Drôme, du Finistère, de Guadeloupe, de Seine-Saint-Denis et de Moselle, qui obtiennent des taux d'accès au bac supérieurs de 14% à 18% à ce qui était attendu.

Du côté des établissements qui obtiennent les résultats au bac - pour leurs élèves scolarisés depuis la seconde - inférieurs à leurs objectifs, deux lycées parisiens figurent dans ce flop 20, dont Paul-Claudel, un lycée privé. Alors que son taux de réussite au bac est de 99%, les élèves de seconde n'ont que 52% de chances de décrocher leur diplôme, alors que ce taux devrait être de 73%. Un écart considérable de -21%.

Pour le dernier de ce palmarès, le lycée privé Saint-Médard de Tours, cette sous-performance atteint le chiffre record de -28%. Alors que 93% de ses élèves de terminale décrochent le bac, ils ne sont que 47% à avoir cette chance en classe de seconde, au lieu de 75% qui sont attendus.

"Le public a le mérite d'essayer d'accompagner tous les enfants jusqu'au bout", remarque Hervé-Jean Le Niger. "Ce qui n'est pas le cas du privé, qui écrème et n'assume pas ses élèves les plus défaillants. Sans compter qu'un lycéen qui arrive dans le privé l'a choisi. S'il sort de ce lycée en fin de seconde, il faut poser la question à l'établissement."

Céline Hussonnois-Alaya et Emeline Gaube