BFMTV

Boulogne-sur-Mer: les maires de l'agglomération refusent un retour à l'école le 11 mai

Photo d'illustration

Photo d'illustration - Martin Bureau - AFP

Face à une application trop compliquée du protocole gouvernemental, les élus ont préféré repousser la rentrée d'au moins une semaine dans leurs écoles.

Un type de déclaration qui se multiplie depuis l'annonce par le gouvernement de la réouverture des écoles maternelles et élémentaires à partir du 11 mai. Lundi, les maires des 22 communes de l'agglomération de Boulogne-sur-Mer ont emboîté le pas à de nombreux autres édiles du Nord et du Pas-de-Calais en annonçant que leurs écoles n'ouvriraient pas leurs portes au début du déconfinement.

Dans un communiqué transmis lundi, les maires du Boulonnais évoquent les diverses raisons qui les ont poussés à prendre cette décision. Les édiles parlent ainsi d'une "réception tardive de la part de l’Etat d’un protocole sanitaire devant organiser les conditions d’accueil des élèves dans les classes", de "l’incertitude de l’applicabilité dudit protocole dans les établissements scolaires", de "l’absence de clarification quant à la responsabilité juridique respective des maires, des agents municipaux, et du personnel enseignant" ou encore du fait que leur département est toujours placé "en zone rouge".

"Tout était assez compliqué: l'accueil le matin, la cantine, les problématiques de grade le soir, toutes les mesures qui étaient indiquées, comme le marquage au sol, la désinfection des classes...", énumère au micro de BFM Grand Littoral Olivier Barbarin, maire du Portel, qui fait partie des politique refusant le retour à l'école des enfants le 11 mai.

Une ouverture repoussée au 18 mai dans le Boulonnais

Les maires du Boulonnais estiment donc qu'ils ont besoin de temps supplémentaire pour mettre en place toutes les mesures du protocole gouvernemental, reçu dimanche par les établissements scolaires, et mettre en marche toute "cette chaîne entre les enseignants, les élus, les employés de mairie", explique Olivier Barbarin.

Les maires de Boulogne-sur-Mer et de ses alentours se disent cependant conscients des "difficultés occasionnées par cette situation pour les parents" et "ont pour objectif la réouverture des écoles au plus tôt le 18 mai, dès lors que les imprécisions et incertitudes demeurant à ce jour pourront être levées".

Juliette Mitoyen