BFMTV

Béziers: Ménard fiche des élèves musulmans, une enquête ouverte

Le fondateur de Reporters sans frontières a donné sans explication le chiffre de "64,9 % d'enfants de confession musulmane" dans les écoles de sa ville. Une démarche pour "connaître la vérité", a-t-il insisté, mardi sur BFMTV.

"Les prénoms disent les confessions. Dire l'inverse, c'est nier une évidence". Par cette affirmation dans l'émission Mots Croisés de France 2 (débat à partir de 1h20 de vidéo) lundi, le maire de Béziers, élu avec le soutien du Front national, Robert Ménard a admis sans peine l'existence d'un fichier des écoliers de Béziers classés par religion en fonction de leur nom et ou prénom. En effet, le fondateur de Reporters sans frontières venait de donner sans explication le chiffre de "64,9 % d'enfants de confession musulmane" dans les écoles de sa ville.

Mardi sur BFMTV, Robert Ménard a justifié sa démarche: "J’essaye de savoir la vérité. On n'établit aucune liste, on essaye de savoir ce qu’il en est. Je vous dis que les deux tiers des enfants qui fréquentent les écoles publiques en maternelle et en primaire (…) sont des enfants qui sont de l’immigration. C’est trop".

En fin de matinée, la mairie a récusé l'idée de fichage. "La mairie de Béziers ne constitue pas et n'a jamais constitué de fichiers des enfants", assure-t-elle dans un communiqué.

Enquête en cours contre des fichages "illégaux et anti républicains"

Peu après midi mardi, le procureur de la République a annoncé l'ouverture d'une enquête préliminaire après avoir été saisi par le rectorat de Montpellier à la demande du ministère de l'Education nationale. Le fichage est "illégal" et "antirépublicain", a dans le même temps dénoncé la ministre Najat Vallaud-Belkacem.

Sur Twitter, Manuel Valls, a écrit: "Honte au Maire de Béziers. La République ne fait AUCUNE distinction parmi ses enfants". La CNIL pourrait aussi se saisir du dossier. 

Bernard Cazeneuve a également réagi et dénonce dans un communiqué un "fichage interdit par la loi" qui renvoie "aux heures les plus sombres de notre histoire". Pour le ministre de l'Intérieur, le maire de Béziers "a franchi la ligne jaune et se place délibérément en dehors des valeurs de la République".

Robert Ménard est "favorable aux statistiques ethniques"

"Ce sont les chiffres de ma mairie. Pardon de vous dire que le maire a les noms, classe par classe, des enfants. Je sais que je n'ai pas le droit mais on le fait", a-t-il aussi exposé sur France 2. En France, la loi du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés interdit de faire apparaître des "fichiers qui révéleraient l'appartenance religieuse ou l'origine raciale "vraie" ou supposée des personnes."

D'ailleurs Robert Ménard est "favorable aux statistiques ethniques" avant de dénoncer le fait qu'"en France, on est les spécialistes de 'je ne regarde pas les problèmes'. (...) Vous préférez vous cacher la vérité plutôt que de la voir." 

S.A.