BFMTV

Baccalauréat 2019: aucun incident pour l'heure malgré l'appel à la grève

Un lycéen passe son bac en juin 2017.

Un lycéen passe son bac en juin 2017. - Martin BUREAU / AFP

Pour faire face aux éventuels grévistes, le ministère de l'Education avait donné des consignes aux chefs des 4635 centres d'examen afin qu'ils prévoient des surveillants supplémentaires.

Ce lundi, quelque 740.000 candidats ont passé les premières épreuves du baccalauréat 2019. La philosophie, pour ceux des bacs généraux et technologiques, et le français, pour ceux du bac professionnel. Et malgré l'appel à la grève de surveillance lancé par plusieurs syndicats, les académies ne signalent aucun incident, selon le ministère de l'Education.

L'intersyndicale à l'origine de la grève (regroupant notamment le Snes-FSU et Sud-Education) désire protester contre la réforme du baccalauréat qui entrera en vigueur en 2021. Elle fustige particulièrement la réduction du nombre d'épreuves finales de l'examen au profit du contrôle continu.

Une grève "incompréhensible"

Pour faire face aux éventuels grévistes, le ministère de l'Education avait donné des consignes aux chefs des 4635 centres d'examen afin qu'ils prévoient des surveillants supplémentaires.

Sur France Inter, ce lundi matin, le ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer a jugé que "la grève est doublement incompréhensible : d’abord parce qu’elle a lieu le jour du bac, ce qui n’est pas très acceptable (...) et deuxièmement sur le fond, on parle beaucoup de la question des rémunérations mais je n’ai cessé de dire qu’on allait y travailler. Je n’ai pas besoin de pression pour avancer sur ce point."

Le taux exact de grévistes devrait être connu en fin de matinée. Jean-Michel Blanquer l'estimait "autour de 5%" mais il n'agissait que d'une "spéculation".

Véronique Fèvre avec Clément Boutin