BFMTV

Admission post-bac: de plus en plus de lycéens envisagent des études supérieures

Le lycée Louis-le-Grand à Paris ( photo d'illustration)

Le lycée Louis-le-Grand à Paris ( photo d'illustration) - Loïc Venance-AFP

Quelque 853.262 candidats ont formulé au moins un vœu pour suivre des études supérieures, un chiffre en hausse de près de 5% par rapport à l'année dernière, selon le ministère de l'Éducation nationale. L'université arrive en tête de leurs choix.

Ils sont 853.262 élèves de terminale ou étudiants en cours de réorientation à avoir formulé au moins un vœu pour entamer des études supérieures sur le site Admission post-bac, selon les chiffres communiqués ce mardi par le ministère de l'Éducation nationale. 

Par rapport à 2016, cela représente une augmentation de 39.700 candidats, soit près de 5%. "Une forte hausse due principalement à l'augmentation des élèves en terminale", précise le ministère, qui pointe quelque 25.800 inscrits supplémentaires.

9,4 vœux en moyenne

Les élèves avaient jusqu'au 20 mars pour émettre jusqu'à 24 choix d'orientation, dont 12 au maximum par type de formation et au moins un dans une licence disponible dans son académie qui ne soit ni sélective ni à capacité limitée. Ils ont jusqu'au 2 avril pour confirmer leurs choix et jusqu'au 31 mai pour modifier l'ordre de leurs vœux, sans pouvoir toutefois en entrer de nouveaux. 

En moyenne, les futurs bacheliers ont formulé 9,4 vœux parmi les quelque 12.881 formations proposées, sachant que certaines n'y figurent pas comme Sciences-Po, plusieurs écoles d'art, Paris-Dauphine, ainsi que les Instituts de soins infirmiers.

82% de jeunes filles en psychologie

L'université reste largement plébiscitée, la licence représente 38% des premiers vœux des candidats, et jusqu'à 53% pour les élèves de terminale générale. Le droit et le sport restent les deux filières les plus demandées. Quant aux élèves de terminale professionnelle, 83% d'entre eux ont choisi une section de technicien supérieur (BTS).

Certaines filières sont toujours loin d'être paritaires. "La répartition entre les femmes et les hommes est toujours disproportionnée", indique le ministère: 82% des demandes en psychologie et 70% en droit ou en Paces (première année commune aux études de santé) émanent de jeunes filles, contre seulement 28% pour les demandes d'entrée en écoles d'ingénieur et 27% en Staps (Sciences et technologies des activités physiques et sportives). Les premières réponses sont attendues le 8 juin prochain.

Céline Hussonnois-Alaya