Enfants devant un soldat kurde, après avoir quitté l'État Islamique, le 27 février 2019  dans la province de Deir Ezzor, en Syrie.
 

"L'État méconnaît manifestement ces libertés fondamentales", déclare Me Samia Maktouf, avocate des deux familles.

A lire aussi

Votre opinion

Postez un commentaire