BFMTV

Décrochage scolaire: Vallaud-Belkacem veut repenser le redoublement

Les parents pourront s'opposer au redoublement de leur enfant, qui va devenir "exceptionnel". (Photo d'illustration)

Les parents pourront s'opposer au redoublement de leur enfant, qui va devenir "exceptionnel". (Photo d'illustration) - AFP

A partir de 2015, le redoublement deviendra "exceptionnel", et sera soumis à l'accord des parents. La ministre de l'Education, Najat Vallaud-Belkacem, qui dévoile vendredi son plan de lutte contre le décrochage scolaire, précise que les enseignants seront mieux préparés à faire face aux difficultés des élèves.

Jugé inefficace et coûteux, comme le rappelle notamment une synthèse de la littérature scientifique sur la question publiée en 2004, le redoublement fait l'objet de nombreuses critiques. Vendredi, la ministre de l'Education nationale Najat Vallaud-Belkacem a dévoilé dans les colonnes du Parisien son plan de lutte contre le décrochage des élèves, qui finissent par sortir du système scolaire:

"Il s'agit cette fois d'un véritable pilotage national qui se donne les moyens: 50 millions d'euros par an", a déclaré la ministre.

Accord des parents

Le redoublement est désormais une décision "exceptionnelle", prise en accord avec les parents et entraînant un accompagnement spécifique des élèves, selon un décret paru jeudi au Journal officiel et comme annoncé en septembre par la ministre.

Les articles sur la question, en vigueur à partir de la rentrée scolaire 2015, disposent notamment que le redoublement intervient "pour pallier une période importante de rupture des apprentissages scolaires", avec "l'accord écrit des représentants légaux de l'élève ou de l'élève lui-même, si celui-ci est majeur".

>> VOTEZ - Redoublement: est-ce aux parents de de décider?

Redoublement en cas de rupture scolaire longue

"Le décret (…) limite le redoublement aux seules situations qui le justifient", précise Najat Vallaud-Belkacem dans les colonnes du quotidien régional, citant les exemples de la "maladie", ou "le choix délibéré de refaire l'année pour obtenir l'affectation demandée".

Le décret paru jeudi précise qu'en cas de redoublement, "un dispositif d'aide est mis en place, qui peut s'inscrire dans un programme personnalisé de réussite éducative". Dans son entretien au Parisien, la ministre précise à cet égard que les enseignants "auront une formation au repérage des signes annonciateurs du décrochage et des outils pédagogiques pour y faire face". "Des référents décrochage seront présents dans chaque établissement (et) le suivi des absences sera amélioré", a-t-elle ajouté.

Jugé inefficace et coûteux, le redoublement a fait l'objet de nombreuses critiques. En septembre, Najat Vallaud-Belkacem avait affirmé sa volonté de le limiter à "des cas exceptionnels", démentant cependant toute volonté de le supprimer.

Caroline Piquet avec AFP