BFMTV

Déconfinement: les parents d'élèves s'inquiètent des conditions du retour à l'école

Alors qu'Emmanuel Macron a annoncé lundi soir la réouverture à partir du 11 mai des crèches et écoles, des questions se posent quant au respect des gestes barrières dans une classe avec une trentaine d'élèves et l'accès aux sanitaires dans les établissements scolaires.

"A partir du 11 mai, nous rouvrirons progressivement les crèches, écoles, collègues, lycées", a annoncé Emmanuel Macron lundi au cours de sa quatrième allocution depuis le début de la crise sanitaire liée au coronavirus.

Un déconfinement qui interroge et génère des inquiétudes parmi les parents d'élèves quant aux conditions de sécurité de la reprise des cours.

Gestes barrières et désinfection

"Dans quelles conditions les enfants vont pouvoir rejoindre les établissements scolaires? Est-ce que les établissements scolaires vont être désinfectés? Est-ce que les gestes barrières vont pouvoir être respectés au sein des établissements scolaires? Dans quelles conditions les enseignants aussi vont rejoindre les établissements scolaires et surtout va-t-il y avoir un accompagnement à ce déconfinement?", s'est interrogée ce mardi Nageate Belahcen sur BFMTV, administratrice nationale de la Fédération des conseils de parents d'élèves (FCPE), l'une des principales fédérations de parents d'élèves.

"Aujourd'hui, la majorité des classes sont extrêmement lourdes, elles peuvent frôler jusqu'à 30-35 élèves quelques fois, comment les cours vont se passer dans ces conditions en respectant les gestes barrières justement?" a-t-elle poursuivi.

Accès aux sanitaires

Pour Nageate Belahcen, "le point le plus important c’est la sécurité pour les élèves qui vont retrouver les établissements scolaires", prenant l'exemple des sanitaires:

"Les toilettes par exemple ne peuvent pas rester dans l’état où elles sont sachant que les élèves vont forcément avoir besoin d'avoir accès aux sanitaires pour pouvoir se laver les mains régulièrement et il va falloir être extrêmement vigilant avec les petits également. (...) Tout ça fait beaucoup beaucoup d'interrogations et l’allocution du Président n’a pas apporté ces réponses."
Clarisse Martin