BFMTV

Déconfinement: Castaner annonce que les agents de sécurité pourront verbaliser dans les transports

Christophe Castaner en conférence de presse, le 3 mai.

Christophe Castaner en conférence de presse, le 3 mai. - BFMTV

Les agents de sécurité assermentés dans les transports pourront, au même titre que la police, vérifier que le port du masque est respecté.

Après le conseil des ministres ce samedi, le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, s'est exprimé sur les déplacements post-11 mai. "Si les conditions sont réunies, la règle générale deviendra la liberté de circulation", a-t-il rappelé. Plus besoin d'attestation pour sortir dans la rue donc, mais de nouvelles règles vont devoir s'appliquer.

Le port du masque notamment sera obligatoire dans les transports en commun, où la distanciation sociale est compliquée. Christophe Castaner a également rappelé qu'il ne serait pas possible de s'éloigner de plus de 100km de son domicile pour éviter la circulation du virus entre les territoires. 

Les agents de sécurité mobilisés

Pour faire respecter ces règles, le gouvernement a "élargi la liste des personnes habilités à constater les infractions". En plus des forces de l'ordre déjà mobilisées, "les adjoints de sécurité, les gendarmes adjoints volontaires, les réservistes de la police et de la gendarmerie, les agents de sécurité assermenté dans les transports mais aussi les agents des services d'instruction de l'autorité de la concurrence pour les commerces pourront constater les non-respects de l'état d'urgence sanitaire et le sanctionner".

Les agents de sécurité des transports en commun seront donc en mesure de verbaliser en cas de non-respect du port du masque. "C'est un apport considérable, c'est une marque de confiance. C'est nous donner toutes les chances pour que le déconfinement se déroule dans les meilleures conditions sanitaires possibles", a précisé Christophe Castaner 

"Si des contrôles seront encore nécessaires nous comptons sur le civisme des Français et leur esprit de responsabilité", a tempéré le ministre.
Camille Sarazin