BFMTV

Covid-19: la crise sanitaire fait craindre une hausse des suicides en France, selon une étude

Les syndicats dénoncent un climat très tendu à France Télécom, alors qu'on apprend qu'un salarié s'est suicidé le 14 juillet dernier, en mettant en cause l'entreprise dans sa lettre d'adieu.

Les syndicats dénoncent un climat très tendu à France Télécom, alors qu'on apprend qu'un salarié s'est suicidé le 14 juillet dernier, en mettant en cause l'entreprise dans sa lettre d'adieu. - -

Selon une enquête réalisée pour la fondation Jean Jaurès, le confinement du printemps et les mois qui ont suivi ont affecté pyschologiquement les Français. Et le reconfinement actuellement en vigueur ne risque pas d'inverser cette tendance.

Une pandémie aux conséquences humaines dramatiques. Selon une enquête Ifop réalisée pour la fondation Jean Jaurès qu'a pu se procurer France Info, le confinement de mars-avril et les mois qui l'ont suivi ont été particulièrement difficiles psychologiquement pour les Français.

L'étude, réalisée auprès de 2000 personnes, nous apprend dans un premier temps que 20% des Français interrogés confient avoir déjà envisagé sérieusement de se suicider.

3,4% des Français ont eu des idées suicidaires depuis le déconfinement

Parmi ceux-ci, 11% répondent l'avoir envisagé lors du premier confinement et 17% depuis sa levée. 2,2% de la totalité des personnes interrogées ont donc envisagé le suicide au cours de la période du 17 mars au 11 mai et 3,4% depuis le début du déconfinement.

Des chiffres inquiétants notamment sur la période dite de l'après-confinement où malgré l'assouplissement des mesures sanitaires, le moral des Français s'est déterioré. Et avec l'instauration de ce nouveau confinement, la situation risque bien de se dégrader à nouveau.

Les différences de traitement entre individus sont plus notables lors de ce reconfinement, en témoigne les couacs autour des fermetures de petits commerces dits non essentiels contrairement aux grandes surfaces qui ont pu vendre dans un premier temps des produits non alimentaires, créant des tensions entre professionnels.

Les chefs d'entreprise et les chômeurs les plus à risque

L'instauration progressive de mesures sanitaires plus strictes en raison de la propagation continue de l'épidémie entraîne de facto de lourdes contraintes pour les entreprises, déjà en difficulté financière.

Trois catégories parmi les personnes ayant envisagé le suicide se démarquent particulièrement: les artisans-commerçants (25%), les chefs d'entreprise (27%) et les chômeurs (27%). Autant d'individus qui, inquiets de leurs projets professionnels et de leur avenir, consomment en moyenne plus d'antidépresseurs et d'anxiolytiques que le reste de la population.

Un contexte néfaste pour le moral des Français, davantage touchés par le stress, l'angoisse et la déprime, que veut à tout prix prévenir l'Observatoire national du suicide. L'instance, qui reproche au gouvernement un manque de moyens pour la prévention du suicide, recommande l'instauration d'un comité scientifique composé de pyschologues et de médecins.

Hugues Garnier Journaliste BFMTV