BFMTV

Couvre-feu à 18h: voici la liste des 15 départements concernés

Quinze départements seront concernés par l'extension du couvre-feu qui s'étalera de 18h et 6h, à partir de ce samedi.

Pour contenir l'épidémie de Covid-19, le gouvernement a renforcé les mesures de restrictions et avancé de deux heures le couvre-feu actuel dans quinze départements, a annoncé vendredi le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal sur TF1. La mesure sera effective dès ce samedi.

Sont concernés: les Vosges, la Marne, la Haute-Marne, la Meurthe-et-Moselle, la Moselle, la Nièvre, la Saone-et-Loire, la Meuse, les Ardennes, la Haute-Saône, le Territoire de Belfort, le Doubs, le Jura, les Hautes-Alpes et les Alpes-Maritimes. Les habitants de ces zones seront donc soumis à un couvre-feu chaque soir de 18h à 6h à partir de ce samedi.

L'attestation reste la même

"Le virus continue de circuler en France, il circule moins vite, moins fort que chez la plupart de nos voisins, mais il circule encore, avec une disparité entre les territoires", a rappelé Gabriel Attal.

Parmi les critères observés pour définir la liste des départements: un taux d'incidence supérieur à 200 et/ou un taux d'incidence des personnes âgées supérieur à 200, précise le ministère de la Santé à BFMTV.

L'attestation nécessaire pour se déplacer pendant le couvre-feu de 18h à 6h, sera "la même que celle que connaissent les Français actuellement pour le couvre-feu à 20h", a poursuivi le porte-parole. "Ce sont les mêmes règles et les mêmes dérogations qui s'appliquent".

Réévaluation dans une semaine

"Dans une semaine, on fera le point sur les effets et la circulation du virus", et cette mesure de restriction pourra être réévaluée, a aussi expliqué Gabriel Attal. Il a toutefois assuré qu'une "grande tolérance" serait appliquée pour les prochains jours et le retour de vacances.

En revanche, "si la situation était amenée à se dégrader davantage dans certains territoires, on prendra les décisions qui s'imposent", a-t-il ajouté, en réponse notamment à une question sur la possibilité de reconfinements."

Les régions du Grand Est, de la Bourgogne Franche-Comté, Auvergne-Rhône-Alpes, et le département des Alpes-Maritimes étaient visés depuis le début par ces annonces, en raison de la forte circulation du coronavirus sur leur territoire. Le Conseil scientifique envisage une "probable" reprise "incontrôlée de l'épidémie" au mois de janvier à cause du "surcroît de contaminations" provoqué par les fêtes de fin d'année.

Céline Moncel avec Salomé Vincendon