BFMTV

Corse: 1.500 hectares ravagés, les pompiers viennent lentement à bout des incendies

Le feu qui ravage Calenzana, en Haute-Corse depuis samedi, a été fixé ce lundi soir. Quant aux autres incendies déclenchés ces derniers jours en Corse, ils sont toujours "sous surveillance".

L'incendie de Calenzana, en Haute-Corse, a été éteint ce lundi soir, d'après la préfecture. Grâce à une baisse des températures dans la nuit, ainsi qu'une forte montée de l'humidité, les feux du maquis de Calenzana, qui ont ravagé près de 1500 hectares depuis samedi, avaient presque disparu.

"En fonction des conditions météo, on envisage une nette amélioration de la situation avant ce soir", témoigne Jean-Noël Rigot, commandant des opérations de secours, sur notre antenne lundi.

La préfecture de Haute-Corse avait annoncé lundi après-midi que la situation à Calenzana près de Calvi, était "désormais stable". Après une nuit de frayeur pour ses habitants et la destruction de forêts, le maire de Calenzana, Pierre Guidoni, a de nouveau dénoncé un "feu criminel" et a annoncé qu'il déposerait plainte mardi.

"On reste très vigilant"

"Malgré tout on reste très vigilant, car un renforcement du vent est annoncé cette après-midi, avec dans les reliefs des pointes à 90 et 100km/h", explique le pompier, "ça peut générer des reprises, ou permettre à certaines lisières encore actives de se développer plus rapidement".

Météo-France a de nouveau placé l'île de Beauté en vigilance jaune "vent fort" jusqu'à mardi 3 heures.

Cette accalmie est la bienvenue pour les secours, qui ont du mal à accéder aux lieux de l'incendie: "Nous n'avons pas pu faire les opérations d'héliportage que nous avions envisagées à cause des mauvaises conditions météo", témoigne Jean-Noël Rigot. "Pour l'instant nous ne pouvons utiliser l'hélicoptère que pour des reconnaissances aériennes."

D'autres incendies sous surveillance

Une enquête sur cet incendie a été confiée à la brigade de recherches de Calvi, a indiqué lundi la procureur de la République de Bastia, Caroline Tharot. La cellule d'investigation a indiqué à l'issue de ses constatations dimanche sur le terrain qu'elle penchait "en faveur d'une intervention humaine, faute d'autre explication plausible quant au départ du feu".

Les autres incendies survenus pendant le weekend en Haute-Corse, à Ghisoni (au centre de l'île) et Sisco (dans le Cap corse), étaient toujours sous surveillance lundi après-midi. Selon la préfecture de Haute-Corse, l'incendie de Ghisoni était "fixé" à 13 hectares lundi matin. L'incendie de Sisco, inaccessible par des moyens terrestres, était lui qualifié de "stationnaire" et "sous surveillance" par la préfecture.

En Corse-du-Sud, "à midi les secours restaient mobilisés sur Sampolo. La reconnaissance aérienne effectuée ce matin a été rassurante", ont indiqué les pompiers. "Quelques points chauds restent encore à traiter, mais la situation a évolué favorablement durant la nuit compte tenu des températures assez basses qui sont tombées jusqu'à 3°C", a souligné le Colonel Bruno Maestracci, directeur du SDIS de Corse-du-Sud, dans la journée.

"Il s'agit maintenant de traiter le moindre point chaud. Un travail de fourmi, harassant, est effectué depuis hier sur les lisières pour éviter toutes reprises (tronçonnage, dessouchage, grattage...)", ont-ils ajouté. 52 sapeurs-pompiers et forestiers-sapeurs étaient encore mobilisés lundi après-midi dans le département.

Interrogée sur FranceInfo lundi, la préfète de Corse Josiane Chevalier a estimé qu'il "y aura besoin encore de moyens aériens pendant plusieurs jours". Elle a de nouveau dénoncé "des gens particulièrement imprudents et irresponsables" qui "dimanche encore, alors que personne ne pouvait ignorer les incendies, continuaient à brûler tout un tas de choses".

Un arrêté préfectoral interdit l'usage du feu dans toute l'île de Beauté jusqu'à nouvel ordre, "mais on ne peut pas prendre d'arrêté contre l'imprudence", a-t-elle estimé.

Salomé Vincendon