BFMTV

En plein hiver, la Corse en proie à de violents incendies

Plus de 1300 hectares sont partis en fumée en Haute-Corse dans la nuit de samedi à dimanche

Plus de 1300 hectares sont partis en fumée en Haute-Corse dans la nuit de samedi à dimanche - Capture BFMTV

Après les violents incendies qui ont ravagé près de 1500 hectares de végétation dans la nuit de samedi à dimanche, de nouvelles rotations de Canadairs vont être menées lundi matin pour éviter toute propagation du feu.

Une série d'incendies, attisés par des vents violents, ont ravagé près de 1500 hectares de végétation dans la nuit de samedi à dimanche en Corse, notamment en raison d'un hiver particulièrement sec et de pratiques d'écobuages dangereuses, selon la préfecture.

"Je crois que le dérèglement climatique est à l'oeuvre. On ne s'attend pas à avoir des feux en hiver mais maintenant je crois qu'il faudra s'y habituer", a indiqué lors d'une conférence de presse dimanche soir la préfète de Corse et de Corse-du-Sud, Josiane Chevalier qui a pointé des conditions météorologiques "assez particulières" avec un vent extrêmement fort mais aussi un taux d'humidité extrêmement faible de l'ordre de 8%, ce qui est "inférieur à ce qu'on peut observer l'été".

"On a un sol très sec, pas de pluie depuis un certain temps et beaucoup de soleil, mais aussi de l'imprudence avec des écobuages [ndlr: débroussaillement par le feu] inappropriés sur toute la Corse", a-t-elle par ailleurs fustigé en rappelant avoir pris dimanche matin un arrêté d'interdiction de l'emploi du feu qui courre "jusqu'à ce que les vents ne seront pas tombés".

En 24 heures, 15 départs de feu ont été enregistrés en Corse-du-Sud et 33 en Haute-Corse.

L'alerte au vent fort levée

Le feu le plus virulent, celui de Calenzana près de Calvi, n'était pas encore maîtrisé dimanche soir, après avoir ravagé 1.200 hectares de végétation et malgré les renforts aériens déployés dans la journée.

"On va être très vigilant cette nuit et les jours qui viennent pour éviter toute reprise", a indiqué la préfète en notant "qu'aussi bien en Corse-du-Sud qu'en Haute-Corse il n'y a eu aucune victime grâce à l'énorme mobilisation des pompiers ainsi que de la gendarmerie qui a permis de protéger les vies humaines ainsi que les villages".

Une reconnaissance aérienne effectuée en fin d'après-midi a toutefois permis de constater une évolution plutôt favorable. "Les rotations des Canadairs semblent avoir porté leurs fruits. La nuit et la baisse des températures devraient favoriser cette évolution", a ainsi indiqué un porte-parole de la préfecture de Haute-Corse. 

L'alerte de Météofrance au "vent fort" a été levée dimanche après-midi pour toute l'île. Les pompiers resteront mobilisés en surveillance toute la nuit sur site, en attendant que les Canadairs puissent reprendre leurs rotations lundi au lever du jour, a ajouté la préfecture, précisant que "si les conditions le permettent, des hommes seront héliportés sur site pour travailler sur les foyers".

"Des écobuages mal maîtrisés"

Trois enquêtes de gendarmerie ont été ouvertes en Corse-du-Sud et cinq en Haute-Corse, a précisé la préfète. En Corse-du-Sud "il ressort à ce stade des trois enquêtes des éléments qui ne portent que sur des origines accidentelles ou des écobuages mal maîtrisés", a indiqué le général Jacques Plays, commandant de la légion de gendarmerie de Corse.

En Haute-Corse, "on est également pour l'essentiel sur des écobuages". Le général s'est montré plus prudent au sujet de l'incendie le plus important, celui de Calenzana: "les techniciens ont commencé leurs constatations en début d'après-midi, donc on ne peut pas encore savoir de façon formelle, mais il n'est pas impossible que ce soit également d'origine accidentelle".

Si la piste humaine est privilégiée, les enquêteurs ne peuvent toutefois affirmer dimanche soir s'il s'agit d'un acte accidentel ou volontairement malveillant.

Mélanie Rostagnat avec AFP