BFMTV

Comment fonctionnent les black blocs au sein des manifestations?

Les black blocs se sont tristement illustrés au moment de la 18e de mobilisation des gilets jaunes, lors du saccage des Champs-Elysées.

Tous les samedis, au milieu des manifestations des gilets jaunes, les black blocs s'illustrent lors de casses ou d'affrontements avec les forces de l'ordre. L'une des images marquantes des protestations reste ainsi le saccage du Fouquet's et des Champs-Elysées lors de la 18e journée de mobilisation. 

Ce jour-là, Thomas, un casseur qui affirme ne pas avoir participé au saccage, raconte sur notre antenne que la manifestation était "particulièrement violente" et qu'il ne pensait pas qu'elle serait "aussi puissante". Habitué des mobilisations, il se place à chaque fois en tête des cortèges aux côtés de ces groupes virulents.

"Le terme 'black bloc' désigne une stratégie d'action politique", explique-t-il. "Quand on se retrouve au milieu des lieux de confrontation, on ressent une vraie colère mêlée à de l'incompréhension et à de la crainte. Il y a une volonté d'être toujours extrêmement mobile. Une fois la protestation terminée, l'anonymat n'a plus lieu d'exister. Le bloc se dissout et on redevient le citoyen lambda qu'on était avant de s'engager dans la manif."

Un mouvement mixte

Guillaume Farde, spécialiste des questions de sécurité, ajoute, sur notre antenne, qu'être un black bloc s'apparente à "une méthode, un ensemble de procédés et de techniques".

"Le black bloc se rend en tête de cortège. Il a déjà son matériel et il peut se grimer. Son but est de tenir la rue, de façon très violente, en incendiant, en cassant, en taguant, et en allant à la confrontation directe avec les forces de l'ordre pour les mettre en déroute. Ils savent, enfin, se soustraire aux arrestations, en étant capable de se changer très vite", explique-t-il.

Le profil de ces casseurs commence, selon lui, à être connu: "Le black bloc est rétif à la hiérarchie. C'est néanmoins un mouvement organisé et européanisé. On se rend compte qu'il est également bien inséré socialement, avec un emploi souvent qualifié. Le mouvement est enfin mixte: près d'1/3 des black blocs sont des femmes". 

Clément Boutin