BFMTV

"Chaque euro compte": la Fondation Notre-Dame appelle à poursuivre les dons

-

- - -

Mardi, jugeant que Notre-Dame avait reçu des fonds suffisants, la Fondation du Patrimoine a décidé de clôturer sa campagne de dons pour l'édifice.

Un mois après l'incendie qui a ravagé Notre-Dame de Paris, le 15 avril dernier, la controverse s'amplifie sur les dons nécessaires pour restaurer l'édifice alors que les travaux de sécurisation sont loin d'être achevés.

"Même si les promesses de dons sont aujourd'hui de 850 millions d'euros, il est beaucoup trop tôt pour conclure que nous avons suffisamment d'argent, ou trop d'argent, pour restaurer Notre-Dame", a estimé ce mercredi, sur le parvis, le ministre de la Culture Franck Riester. 

850 millions de promesses de dons

Mardi, jugeant que Notre-Dame avait reçu des fonds suffisants, la Fondation du Patrimoine a décidé de clôturer sa campagne de dons pour l'édifice. Elle a en revanche décidé de profiter de l'élan pour lancer une nouvelle souscription sous le nom de "Plus jamais ça": les "petites Notre-Dame en danger immédiat bénéficieront du fonds d'urgence", a-t-elle assuré.

"La mission de la Fondation du Patrimoine s'exerce principalement en province mais pas à Paris. Elle avait décidé de collecter sur la cathédrale, c'était une excellente chose. Mais qu'elle décide de continuer à s'occuper des chapelles, des lavoirs, des églises de provinces et des phares, cela me paraît naturel", a réagi sur BFM Paris Christophe Rousselot, délégué général de la Fondation Notre-Dame.

"Il faut continuer à donner pour Notre-Dame"

Les trois autres organismes sélectionnés pour récolter les dons, dont la Fondation Notre-Dame, poursuivent, quant à elles, leur souscription nationale.

"Chaque euro compte pour Notre-Dame de Paris", a affirmé Christophe Rousselot, délégué général de la fondation patrimoine sur BFM Paris. "Au-delà de la restauration de l'édifice, il y a tout le "programme cathédrale" qui correspond à l'accueil des touristes, des pèlerins, des visiteurs. Ils ne vont pas rester stationnés pendant des mois ou des années de l'autre côté de la Seine, en regardant de loin la cathédrale. Il nous faut des lieux d'accueil adaptés qui nécessiteront des travaux et qui coûteront de l'argent. On ne sait pas encore combien ça va coûter."

La Fondation Notre-Dame a collecté à ce jour 13.5 millions d'euros, bien loin de promesses de dons attendues.
Cyrielle Cabot