BFMTV

Boris Cyrulnik: "Beaucoup d'enfants se sont identifiés à Mohamed Merah"

Boris Cyrulnik, neuropsychiatre et psychanalyste, est ce vendredi matin l'invité de Thierry Arnaud dans Bourdin direct sur BFMTV et sur RMC. Il publie Ivres paradis, bonheurs héroïques (Odile Jacob).

Invité vendredi matin sur BFMTV et RMC, Boris Cyrulnik estime qu'"en ce début de 21e siècle, le climat est favorable à la naissance des héros. Et c'est mauvais signe. J'ai commencé ma vie en subissant un langage totalitaire, ce lui du nazisme. Aujourd'hui, je vois renaître un autre langage totalitaire (celui du jihadisme, Ndlr). Ce n'est pas le même langage, ce n'est pas le même thème mais c'est exactement les mêmes principes. Il y a des slogans répétés: il n'y a qu'un monde qui vaut le mien. Les autres n'existent pas, c'est des mécréants, des blasphémateurs, il est moral de les mettre à mort".

Quand le monde va mal, "le héros est nécessaire et dangereux. Il est nécessaire quand on est seul, quand on est faible, quand on est enfant. Mais quand un homme adulte, un groupe humain, une nation est en faiblesse, (avoir et suivre un héros) c'est la preuve de sa faiblesse, de son humiliation". Ainsi, "beaucoup d'enfants se sont identifiés à Mohamed Merah".

"La majorité de ces gamins ont des parents gentils"

"Le but d'un terroriste c'est de passer à la télé", analyse Boris Cyrulnik. "S'il passe à la télé, en commettant un acte horrible, il terrorise une population. Ils ont d'excellents techniciens qui savent diffuser dans le monde entier des images d'horreur".

"Sur les 8.400 adolescents fichés et surveillés (pour risque de radicalisation, Ndlr), seuls 100 sont psychopathes", affirme le neuropsychiatre. "L'immense majorité de ces gamins ont des familles chrétiennes, 40% sont d'origine chrétiennes, bien élevés, par des parents gentils qui sont stupéfaits (qu'ils basculent dans la radicalisation, Ndlr) . Et 40% sont des enfants de familles musulmanes, l'immense majorité de ces gosses sont élevés par des parents gentils. Mais notre culture ne leur propose plus le rituel d'accueil".