BFMTV

Bagneux: une nouvelle stèle en mémoire d'Ilan Halimi

Une nouvelle stèle a été dévoilée mardi, après la dégradation de la plaque en hommage à Ilan Halimi, la semaine dernière à Bagneux, dans les Hauts-de-Seine.

Un nouvel hommage à Ilan Halimi. Après la dégradation la semaine dernière d'une plaque à la mémoire de ce jeune homme juif assassiné en 2006 par le gang des barbares, une cérémonie a eu lieu mardi à Bagneux, la ville de son calvaire. C'est au cours de cette cérémonie qu'a été dévoilée une nouvelle stèle en son honneur, à la place de la plaque dégradée. 

Entre 100 et 120 personnes selon la police, dont de nombreux élus, responsables associatifs et religieux locaux, se sont recueillies autour de la nouvelle stèle, dans le Parc Richelieu, au centre de la ville, vers 19h.

Un "acte abject" pour Cazeneuve

Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, le président de la région Ile-de-France Jean-Paul Huchon ainsi que le président du consistoire central israélite de France avaient fait le déplacement. "Aucun acte, aucune agression, aucune profanation, aucune menace meurtrière ne doivent rester impunies", a martelé le ministre, qui promet que "l'Etat ne ménagera aucun effort" pour "identifier les auteurs de cet acte abject".

Dans une allusion à Robert Ménard, maire de Béziers élu avec le soutien du FN, qui a déclenché une polémique et l'ouverture d'une enquête préliminaire en évoquant un décompte des élèves musulmans dans sa commune, Bernard Cazeneuve a poursuivi: "Nous ne laisserons pas la haine et le mépris s'exprimer à haute voix". Le maire de Bagneux, Marie-Hélène Amiable, à l'initiative de ce rassemblement, a rappelé "le combat que nous menons ici contre le racisme et l'antisémitisme".

Lundi, déjà, une initiative citoyenne avait réuni une dizaine de personnes dans le même parc, selon la police. "Les Balnéolais en mémoire d'Ilan Halimi, victime de la barbarie, de l'antisémitisme et du racisme", peut-on lire sur la stèle. Réplique de celle qui été dégradée, elle a été installée au pied d'un jeune chêne planté lors d'une cérémonie de commémoration en 2011, après le procès des tortionnaires du jeune homme.

la rédaction avec AFP