BFMTV

Attention, les sirènes du premier mercredi du mois changent d'horaire

Image d'illustration, sirène municipale de l’Hôtel de Ville de Rouen

Image d'illustration, sirène municipale de l’Hôtel de Ville de Rouen - Flickr

Habituellement, cette alarme d'exercice retentit tous les premiers mercredis du mois en France à midi pile.

La fameuse sirène d'exercice mensuelle va changer ses habitudes à partir du 7 novembre. Tous les premiers mercredis du mois à midi, les Français se sont habitués - ou non - à entendre les alarme sonores du SAIP (Système d'alerte et d'information des populations). Ce rendez-vous mensuel permet de vérifier que le système d'alerte national fonctionne. En cas de péril majeur, cette sirène "permet d’avertir la population d’une zone donnée, d’un danger imminent", explique le site du ministère de l'Intérieur

Or, la mise en place d'un nouveau logiciel national pour le SAIP va entraîner des changements d'horaires, rapporte franceinfo. Afin d'éviter que le nouveau programme informatique ne soit débordé par les 2000 sirènes de l'Hexagone, les horaires de déclenchement des alarmes seront échelonnés à partir du mercredi 7 novembre.

Ainsi, une première zone du nord de la France verra son SAIP activé à 11h45. Un deuxième secteur délimitant un large secteur centre du territoire verra cette sirène se déclencher à 12h comme c'est le cas partout jusqu'ici, enfin, cette alarme retentira à 12h15 dans le Sud. Les préfectures ont déjà commencé à alerter leurs habitants. La préfecture du Finistère précise notamment que les sirènes des sites militaires et Seveso (zones industrielles à risques) ne sont pas concernées par ces changements.

Chaque mois, l'alarme d'essai se compose d’un cycle d’une minute et quarante et une secondes seulement, explique le ministère de l'Intérieur. En cas d'alerte réelle, le signal est "un son modulé, montant et descendant, de trois séquences d’une minute et quarante et une secondes, séparées par un intervalle de cinq secondes. La fin de l’alerte est annoncée par un signal continu de 30 secondes" explique le site ministériel.

En cas d'alerte réelle, il faut se mettre en sécurité autant que possible, dans un lieu accessible par des secours, et attendre les instructions des autorités.

Sa. V