BFMTV

Arrêt cardiaque: un drone-ambulance livre un défibrillateur en une minute

Le drone-ambulance peut apporter un défibrillateur auprès d'une victime d'arrêt cardiaque en un temps record

Le drone-ambulance peut apporter un défibrillateur auprès d'une victime d'arrêt cardiaque en un temps record - Capture d'écran de la vidéo de présentation.

Un "drone-ambulance" conçu par un étudiant vient d'être présenté aux Pays-Bas. Il pourrait permettre de diviser par dix le temps de secours aux personnes victimes d'arrêts cardiaques, et ainsi sauver des vies.

"C’est mon père, je crois qu’il vient de faire une crise cardiaque". Dans la vidéo de présentation, une jeune fille paniquée face au corps inerte de son père appelle les secours. Un défibrillateur lui est instantanément envoyé par drone.

En une minute, soit dix fois moins que le temps nécessaire pour qu'une ambulance arrive, elle peut ainsi prodiguer les premiers soins à la victime. Baptisé "drone-ambulance", cet appareil capable de réaliser cet exploit pour sauver les victimes d'arrêts cardiaques a été inventé aux Pays-Bas, à l'université de Delft.

Mis au point par un étudiant belge, Alec Momont, ce drone qui peut atteindre 100 km/h, pourrait permettre de gagner des minutes précieuses, car la rapidité d’intervention après un infarctus est déterminante. L’étudiant de 23 ans pointe que 20% seulement de la population serait apte à utiliser les défibrillateurs mis à disposition dans l’espace public, mais grâce aux instructions d’un technicien d’urgence, ce pourcentage pourrait grimper à 90%.

>> Lire aussi: Infarctus, cinq comportements à suivre pour réduire les risques

Des conseils en direct

En effet, un micro et une caméra embarqués sur le drone permettent au personnel médical d’assister à distance la personne qui vient en aide à la victime et de contrôler ses actions. Cette présence en direct réduit le sentiment de panique et permet de poser des questions précises sur l'évolution de la situation.

Capable de transporter 4 kilogrammes de matériel, le drone peut repérer lui-même la provenance d’un appel et rejoindre le lieu de façon autonome grâce aux données GPS. En une minute et en ligne droite, il est capable de couvrir une zone de 12 km2.

Une avancée considérable en cas de crise cardiaque dans un endroit isolé ou difficilement accessible. L'idée pourrait même être développée afin de transporter d’autres matériels de soins dans ces zones blanches. Selon Alec Domont, un réseau de drones d'urgences pourrait être développé aux pays-Bas dans les cinq ans.

Un taux de survie multiplié par 10

"Environ 800.000 personnes subissent un arrêt cardiaque chaque année dans l'Union européenne (40.000 décès chaque année en France, NDLR), et seulement 8% d'entre elles survivent", rappelle l’inventeur qui estime que son idée pourrait faire passer le taux de survie à 80%. "Utilisons les drones pour un bon objectif. Utilisons les drones pour sauver des vies", conclut Alec Domont.

Un projet prometteur chiffré par son inventeur à 15.000 euros par appareil et qui intéresse déjà les services d'urgences néerlandais. Il reste que la loi est encore floue concernant le survol par les drones de nombreuses zones et que le "drone-ambulance" n'a pas encore été testé sur de vrais patients.

Aurélie Delmas