BFMTV

Ariège: elle saisit le tribunal pour faire taire les cloches de sa commune

Image d'illustration - La cloche d'une église

Image d'illustration - La cloche d'une église - Frédéric Bisson - Flickr

La femme à l'origine de la plainte demande, selon des conseillers municipaux, qu'elles ne sonnent plus de nuit.

Installée depuis peu à Foix (Ariège), une femme a saisi le tribunal administratif de Toulouse pour que les sonneries nocturnes des cloches de l'église s'arrêtent, rapporte La Dépêche du Midi lundi. Les conseillers municipaux déclarent avoir découvert sa démarche le lundi précédent.

"Elle se dit gênée par les cloches", explique au quotidien Pierre Aillères, le directeur général des services de la ville.

Cette nouvelle arrivante semble en fait avoir découvert depuis peu ces sonneries de cloches de l'abbatiale Saint-Volusien. Tombées en panne il y a quelques mois, elles ont été inactives quelques semaines avant de tinter à nouveau. 

Le maire explique d'ailleurs avoir eu vent à cette période d'une pétition pour que les carillons soient interrompus la nuit au moins. Il a donc pris un arrêté pour arrêter les sonneries entre 23h30 et 5h30 du matin, qui n'a, apparemment, pas été suffisant pour la nouvelle venue.

Un problème récurrent dans les communes

Plusieurs faits divers ces dernières années rapportent des habitants excédés par les bruits ruraux, notamment ceux des cloches des églises, qui tentent de les interdire. Début mars, dix-huit habitants de Colmar menaçaient de porter plainte si rien n'était fait pour minimiser le bruit des cloches le dimanche matin. En août 2018, des vacanciers dans le Doubs demandaient à ce que soit décalée la sonnerie de l'église qui sonnait trop tôt pour eux. 

Le problème est devenu si récurrent qu'un maire de Gironde souhaite protéger ces sons de campagne. En mai, il a écrit une lettre ouverte aux parlementaires français pour que les bruits ruraux - chants du coq, cloches ou meuglements - soient inscrits au patrimoine national.

Salomé Vincendon