BFMTV

"Antisémitisme", "antisionisme", "sionisme"... Que signifient ces termes aujourd'hui?

Le terme d'antisionisme est définit comme : "hostilité à l'existence ou à l'extension de l'État d'Israël" (image d'illustration)

Le terme d'antisionisme est définit comme : "hostilité à l'existence ou à l'extension de l'État d'Israël" (image d'illustration) - Vasily Maximov - AFP

Après que des manifestants ont insulté le philosophe Alain Finkielkraut de "sale sioniste de merde", un député a proposé d'élaborer une loi contre l'antisionisme. Explications de texte sur ces termes.

"Barre toi, sale sioniste de merde", "grosse merde sioniste", "nous sommes le peuple", "la France elle est à nous". Samedi, en marge de la manifestation des gilets jaunes, des manifestants ont copieusement arrosé d'insultes antisémites Alain Finkielkraut, philosophe et académicien, qui se trouvait sur le même bout de trottoir parisien que ces gilets jaunes.

Choqué par la scène et par les propos lancés, Sylvain Maillard, député LaREM de Paris, a annoncé quelques heures plus tard sur Twitter vouloir porter "une initiative forte dans les prochains jours pour que l'antisionisme soit reconnu et puni en France". Le président Emmanuel Macron a désapprouvé l'idée de légiférer sur le sujet mardi. Mais quelle est la spécificité de l'antisionisme et en quoi est-il différent de l'antisémitisme?

  • L'antisémitisme: être "hostile aux juifs"

D'après la définition du dictionnaire Larousse, l'antisémitisme est une "doctrine ou attitude systématique de ceux qui sont hostiles aux juifs et proposent contre eux des mesures discriminatoires". En France, l'antisémitisme est puni par la loi.

Ainsi, dans le cas des insultes subies par Alain Finkielkraut, une enquête a été ouverte par le parquet de Paris pour '"injure publique en raison de l’origine, l’ethnie, la nation, la race ou la religion, par parole, écrit, image, ou moyen de communication au public par voie électronique".

L'antisémitisme est également une circonstance aggravante en droit, comme dans le cas du meurtre de Sarah Halimi à Paris en avril 2017, où avait été retenu le caractère antisémite du crime. Selon l'article 132-76 du Code Pénal, les peines encourues pour un crime ou un délit sont aggravées lorsqu'ils sont commis "en raison de l'appartenance ou de la non-appartenance, vraie ou supposée, de la victime à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée."

  • L'évolution du terme "sionisme"

Toujours selon la définition du Larousse, le sionisme est le "mouvement dont l'objet fut la constitution, en Palestine, d'un État juif". Ce terme fait au départ référence au "retour à Sion", soit le retour à Jérusalem pour les Juifs, et plus globalement à la terre d'Israël. Aujourd'hui, le terme de "sionisme" est le plus souvent associé à la politique colonialiste menée par le gouvernement d'Israël.

"Le sionisme reste toujours, dans l’optique palestinienne, un colonialisme intolérable et inadmissible, un tabou, un terme maudit", écrit Denis Charbit dans Le sionisme, un projet de gauche ou de droite?, où il donne plusieurs définitions du sionisme politique. Il ajoute ensuite: "Ce que l’on désigne comme la délégitimation d’Israël est bien la mise en cause du sionisme plus que celle de l’État d’Israël proprement dit".
  • L'ambigu "antisionisme"

Alors qu'est ce que l'antisionisme? Pour reprendre une troisième fois le Larousse, l'antisionisme est une "hostilité à l'existence ou à l'extension de l'État d'Israël". D'un côté donc, la remise en question de l'existence de l'État d'Israël, voire la volonté de sa disparition, de l'autre, la critique de la politique coloniale d'Israël. La première partie de la définition, plus radicale, est en fait celle qui pose problème et assimile "antisioniste" à "antisémite".

"Si par 'antisionisme' vous entendez le désir que cet État disparaisse, alors à mon avis vous êtes ouvertement antisémite. Si en revanche par antisionisme - mais alors le mot n'est pas le bon - vous entendez 'la critique nécessaire de la politique du gouvernement israélien', il n'y a rien à dire à cela", déclarait lundi le philosophe Raphaël Enthoven sur RMC.

Carole Reynaud-Paligot, spécialiste de l’histoire des intellectuels et de l’histoire des processus de racialisation interrogée par BFMTV, pense aussi qu'il faut clarifier ce vocabulaire. Pour elle le mot "antisioniste" n'est "plus approprié" au deuxième sens de sa définition. Pour plus de clarté, il faudrait selon elle employer l'expression "opposé à la politique d'Israël", afin d'éviter toute confusion.

Salomé Vincendon