BFMTV

Condamner l'antisionisme? "Cela mérite un débat au Parlement", estime Nicole Belloubet

Nicole Belloubet, dans la cour de l'Elysée le 10 octobre 2018.

Nicole Belloubet, dans la cour de l'Elysée le 10 octobre 2018. - Eric FEFERBERG / AFP

La garde des Sceaux était interrogée sur les insultes proférées à l'encontre de l'académicien Alain Finkielkraut, samedi.

Ce week-end, la 14e mobilisation des gilets jaunes a été marquée par des scènes de violences verbales envers l'académicien Alain Finkielkraut, avec notamment des injures antisémites.

Invitée sur le plateau des 4 Vérités de France 2, Nicole Belloubet a condamné ces propos: "Ce type d'injures doit avoir des sanctions réelles et fortes. Je souhaite qu'il y ait une réponse systématique et ferme adaptée à la situation", a-t-elle déclarée. La garde des Sceaux a ensuite réagi à la possibilité d'instaurer un délit pour condamner l'antisionisme:

"C'est au parlementaire de réfléchir sur ce sujet. Autant toute injure fondée sur la haine, la religion, l'appartenance ethnique est condamnable, doit l'être, l'est très sévèrement. Le reste mérite un débat au Parlement", a déclaré la ministre de la Justice

Samedi, "sale sioniste de merde", a notamment été proféré contre le philosophe, ce qui a fait réagir Sylvain Maillard, le député LaREM de Paris. Il a annoncé sur Twitter vouloir porter "une initiative forte dans les prochains jours pour que l'anti-sionisme soit reconnu et puni en France".

Avec AFP