BFMTV

Air France: 60% des vols assurés lundi

Des avions Air France sur le tarmac de l'aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle, le 24 septembre 2014.

Des avions Air France sur le tarmac de l'aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle, le 24 septembre 2014. - Stéphane de Sakutin - AFP

Le principal syndicat de pilotes d'Air France a mis fin, dimanche, à la grève de 14 jours qui a fortement perturbé le trafic des avions de la compagnie aérienne. Toutefois, il faudra attendre mardi pour espérer un début de retour à la normale.

Malgré la fin de la grève, le trafic va rester fortement perturbé ce lundi. La compagnie Air France prévoit d'assurer près de 60% de ses vols ce lundi, après l'annonce de l'arrêt de la grève historique qui l'a paralysée pendant deux semaines, s'attendant à un retour à la normale progressif sur deux ou trois jours.

A la suite de la levée du préavis de grève par le SNPL, le syndicat majoritaire des pilotes, "Air France reprend progressivement son programme de vol", a indiqué la compagnie dans un communiqué dimanche.

Retour à la normale sur deux à trois jours

Après 45% de vols assurés dimanche, elle prévoit d'assurer ce lundi "près de 60% de son programme de vols". "Le retour à la normale s'effectuera progressivement sur 2 à 3 jours en raison de contraintes opérationnelles et règlementaires", précise-t-elle, soulignant notamment que les avions ayant été immobilisés plusieurs jours, "des vérifications obligatoires sont nécessaires avant une reprise de l'activité".

"Des adaptations et des perturbations de dernière minute ne sont pas à exclure", ajoute Air France, qui recommande à ses clients de vérifier que leur vol n'est pas annulé avant de se rendre à l'aéroport.

Un syndicat maintient son préavis de grève

Les passagers devront donc patienter jusqu'à mardi pour espérer un début de retour à la normale. Mais la reprise pourrait se révéler compliquée car le Spaf, deuxième syndicat représentatif des pilotes d'Air France (12% des voix aux élections professionnelles), a maintenu son préavis de grève, qui court jusqu'à ce jour-là.

A.S. avec AFP