BFMTV
Société

67 millions d'habitants, baisse confirmée de la natalité en France

Passants dans la rue à Nantes. (Photo d'illustration)

Passants dans la rue à Nantes. (Photo d'illustration) - LOIC VENANCE / AFP

L'Insee a diffusé ce mardi les nouveaux chiffres relatifs au taux de natalité français et à la population du pays.

La population française a atteint 67 millions d'habitants au 1er janvier 2019, soit une croissance de 0,3%, limitée par la baisse continue de la natalité depuis 4 ans, a annoncé mardi l'Insee.

Infographie sur la population en France.
Infographie sur la population en France. © Infographie BFMTV

Il y a eu en France 758.000 naissances en 2018 (12.000 de moins qu'en 2017) et 614.000 décès (8.000 de plus), soit un solde naturel de 144.000 personnes qui n'a jamais été aussi bas depuis la seconde guerre mondiale.

Sylvie Le Minez, qui dirige les études démographiques et sociales, a précisé qu'avec une moyenne de 1,87 enfant par femme, la France restait "tout de même le pays le plus fécond de l’Union européenne". Elle a ajouté que l'âge moyen de la maternité continuait de croître pour atteindre désormais 30,6 ans. 

Infographie sur le taux de fécondité en Europe.
Infographie sur le taux de fécondité en Europe. © Infographie BFMTV

L'espérance de vie augmente 

La baisse de la natalité est corrélée au vieillissement de la population, dans la mesure où un cinquième de la population a à présent plus de 65 ans contre un huitième en 1985. L'espérance de vie augmente: elle de 85,3 ans de femmes et 79,4 pour les hommes. 

Le responsable de la diversité d'exploitation statistique de recensement national, Vincent Vallès, a livré quelques informations urbanistiques. On note ainsi un solde positif dans les métropoles, c'est-à-dire que le nombre des installations y augmente tandis que les personnes les quittant décroît. Les jeunes actifs se concentrent dans les métropoles. Il existe toutefois une disparité invitant à distinguant la moitié nord de la moitié sud. Dans la première, les départs sont plus nombreux que les arrivées tandis que dans le sud, les arrivées surpassent les départs. Les retraits sont plus nombreux dans la moitié sud et sur le littoral. 

Il y a du mieux pour les grandes villes. Seule la ville de Metz continue de perdre des habitants. A Paris, le taux de croissance de la population ralentit. Enfin, les experts notent que le phénomène de la "diagonale du vide", cette bande de plus en plus dépeuplée allant des Landes à la Meuse, tend à s'accentuer. 

Philippine David avec Robin Verner et Louis Tanca