BFMTV

Pourquoi les abeilles disparaissent ?

Les insecticides agissent sur le système nerveux central des abeilles.

Les insecticides agissent sur le système nerveux central des abeilles. - BFMTV

Alors que la production de miel chute de manière drastique, agriculteurs et scientifiques veulent nous alerter sur les dangers liés à la disparition des abeilles.

Les apiculteurs ont enregistré cette année une baisse des récoltes de miel de l'ordre de 50 à 80% dans plusieurs régions. Depuis plusieurs années, la filière apicole française est confrontée à une baisse des récoltes de miel, passées de 32.000 tonnes en 1995 à moins de 15.000 tonnes en 2013, pour un nombre de ruches similaire.

Les équipes de 7 jours BFM sont allées enquêter dans les Pyrénées-Orientales. Au beau milieu des montagnes, dans un paysage a priori à l’abri de toute source de pollution, l'hécatombe est bien réelle. Quarante-huit millions de cadavres d’abeilles sont à déplorer cette année, 1.300 ruches ont été touchées, soit une sur dix.

Les apiculteurs, réunis en collectif, ont décidé de financer des études pour comprendre. Marc-Edouard Colin, vétérinaire expert en pathologie de l'abeille, explique que 12 molécules différentes de pesticides ont été retrouvées sur les abeilles mortes, dont 4 interdites en France, et sans doute importées illégalement d’Espagne.

Le système nerveux central touché

Si les hauts pâturages des Pyrénées-Orientales n’ont rien à voir avec les vastes plaines de monocultures céréalières, les insecticides y sont tout de même utilisés, notamment pour débarrasser les troupeaux de vaches laitières et de brebis de leurs parasites.

Or, même à faible dose, les insecticides agissent sur le système nerveux central des abeilles. Désorientées, elles sont incapables de retrouver leur ruche: les effets des insecticides vont alors tripler leur taux de mortalité.

Un phénomène mondial

Le problème qui touche les Pyrénées-Orientales est un phénomène mondial. "Tous les pays qui ont connu une révolution agricole dans la seconde moitié du 20e siècle subissent des pertes de colonies d’abeilles et d'abeilles sauvages", explique Axel Decourtye directeur scientifique de l'Institut de l’abeille.

Pollinisateur essentiel, l'abeille participe à 80% de la reproduction des espèces végétales dans le monde. En clair, sans abeille, la majorité des cultures fruitières ou de légumes seraient tout simplement impossibles. Par répercussion, les éleveurs ne pourraient plus nourrir leurs bêtes et les hommes n'auraient pas grand-chose à se mettre sous la dent.

La Commission européenne a bien suspendu pour deux ans l'utilisation de trois pesticides toxiques pour les abeilles, mais les lobbies de la chimie sont puissants.

Pendant ce temps, outre les abeilles domestiques, d'autres insectes pollinisateurs, moins surveillés, meurent eux aussi en silence.

K. L avec Guillaume Couderc et Thibault Dupont