BFMTV

Naufrage du Grande America: la nappe d'hydrocarbures attendue sur les côtes "dimanche ou lundi"

Le navire de commerce a coulé mardi au large des côtes française, avec à bord 45 conteneurs qui contiendraient des matières dangereuses. La nappe d'hydrocarbures repérée par la préfecture dans la soirée mercredi pourrait atteindre les côtes françaises d'ici "dimanche ou lundi".

Une nappe d'hydrocarbures qui s'étend sur une dizaine de kilomètres a été découverte au large des côtes françaises, a indiqué la préfecture maritime de l'Atlantique ce mercredi soir, au lendemain du naufrage du Grande America, navire italien qui avait coulé mardi à des côtes françaises après un violent incendie qui s'est déclaré dimanche.

"Au cours du vol réalisé cet après-midi au-dessus de la zone de naufrage du Grande America par l'avion de patrouille maritime Atlantique 2 de la Marine nationale, une nappe d'hydrocarbures a été localisée", indique la préfecture maritime dans un communiqué, qui précise que la nappe s'étend sur une dizaine de kilomètres de long pour un kilomètre de large.

Ces observations aériennes ont été confirmées par le BSAA (Bâtiment de soutien et d'assistance affrété) VN Sapeur, maintenu sur la zone du naufrage où la mer est très forte avec des vagues de 4 à 6 mètres, selon la même source.

Un navire de lutte antipollution attendu jeudi matin

Le ministre de la Transition Écologique Françoise de Rugy a prévenu mercredi soir que la nappe d'hydrocarbures "pourrait toucher les côtes françaises d'ici dimanche ou lundi". "L'État français mobilise des moyens très importants puisqu'on a, en plus du bateau déjà sur place, un autre bateau spécialisé dans la lutte antipollution déjà parti de Brest", a déclaré le ministre sur notre antenne, précisant avoir demandé l'aide "de la sécurité maritime européenne qui va envoyer deux bateaux sur place".

De nouveau "repérages aériens" sont prévus dès jeudi matin, a par ailleurs annoncé François de Rugy, espérant pouvoir "pomper cette nappe d'hydrocarbures de fioul lourd, qui ne s'évapore pas". Le ministre s'est toutefois montré prévoyant, et a prévenu que l'opération serait "extrêmement difficile" en raison des conditions de mer. 

45 conteneurs de matières dangereuses à bord

Le préfet maritime de l'Atlantique, le vice-amiral d'escadre Jean-Louis Lozier, a ordonné l'appareillage depuis Brest du navire spécialisé dans la lutte antipollution BSAA Argonaute. Il est attendu sur zone jeudi matin, a précisé la préfecture maritime, indiquant avoir également sollicité le concours des moyens de lutte antipollution de l'Agence européenne pour la sécurité maritime (EMSA).

Auparavant, dans l'après-midi, le préfet maritime avait annoncé lors d'une conférence de presse à Brest que le navire transportait "365 conteneurs, dont 45 répertoriés comme contenant des matières dangereuses et un peu plus de 2.000 véhicules". Il a ajouté que les soutes du navire contenaient quelque 2.200 tonnes de fioul lourd, principale source de préoccupation selon lui, estimant que la façade entre la Charente-Maritime et la Gironde risquait d'être touchée par une pollution "dans plusieurs jours".

Le préfet a une nouvelle fois mis en demeure mercredi matin l'armateur, Grimaldi Group, de "mettre fin au danger pour la navigation et l'environnement marin représenté par les conteneurs et autres éléments à la dérive" et de "traiter les éventuelles pollutions maritimes".

Jacky Bonnemains, président de l'association Robin des Bois, a alerté sur un risque de marée noire sur notre antenne et a appelé à "déployer des moyens le long du littoral pour éviter que la pollution ne s'incruste dans les rochers". "Plus on la captera vite, moins il y aura d'impact", a insisté Jack Bonnemains.

Jeanne Bulant avec AFP