BFMTV

Mars One: un Français parmi les 100 derniers candidats au voyage sans retour

Vue d'artiste de ce à quoi pourrait ressembler une future base martienne du projet Mars One.

Vue d'artiste de ce à quoi pourrait ressembler une future base martienne du projet Mars One. - Mars One

De plusieurs milliers, ils ne sont plus qu'une centaine à pouvoir prétendre à un aller simple vers Mars. La sélection a été drastique et va d'ailleurs se poursuivre lors des prochains mois à travers des tests de coopération en situation, pour décider qui pourra, ou non, ambitionner de coloniser la planète Mars.

Entre téléréalité et exploration spatiale, le projet Mars One se précise. Ainsi l'entreprise hollandaise a-t-elle arrêté une liste de 50 hommes et 50 femmes, candidats à un aller-simple vers la planète Mars. Mais la sélection doit continuer pour parvenir, à l'issue d'un troisième round, à ne retenir qu'un groupe de 24 personnes. En attendant, les premiers entraînements physiques, préalables à des missions sur la planète rouge prévues en 2025, vont pouvoir commencer. Rappelons-le, le projet ne vise rien de moins que d'établir une colonie permanente sur la planète rouge.

De plusieurs milliers à 100, un vaste écrémage

En mai 2013, pas moins de 8.000 candidats s'étaient fait connaître et plus de 200.000 au plus fort des candidatures, chacun ambitionnant de participer aux futures émissions martiennes. Car rappelons-le, ce projet fou dont le coût est évalué à six milliards d'euros doit s'autofinancer grâce à la diffusion d'émissions de téléréalité, les nouveaux martiens étant filmés en permanence par des caméras embarquées.

La sélection a été réalisée notamment par le médecin-chef du projet, Nobert Kraft parmi 660 candidats. "Etre l'un des meilleurs candidats à titre individuel ne fait pas automatiquement de vous le meilleur coéquipier, je vais donc regarder lors des défis à venir comment les candidats progressent et travaillent ensemble", explique-t-il lundi, sur le site de mars-one.com.

Sur la centaine de candidats retenus, 39 proviennent des Amériques, 31 d'Europe, 16 d'Asie, 7 d'Afrique et 7 d'Océanie, est-il également précisé. La liste complète est disponible ici. On peut y constater que seul un Français de 36 ans reste en lice. Jeremy est médecin de formation. Il se décrit comme "curieux et optimiste, avec une vision à long terme et poursuivant un mode de vie humaniste".

Les recalés auront une "chance" supplémentaire en 2015

Quant à ceux dont le nom n'a pas été retenu, Mars One indique qu'une nouvelle sélection sera organisée en 2015. Ils pourront ainsi rejoindre le projet en tant que remplaçants des équipes éliminées au cours des processus de sélection et ainsi garder une "chance" de coloniser Mars.

Mais est-ce vraiment une opportunité? Outre le problème du financement, la faisabilité de la colonisation martienne avait été remise en cause par une étude du MIT qui avait jugé "très optimistes" les plans élaborés par Project Mars One et la survie des éventuels colons très incertaine. En 2018, l'envoi d'un robot (fabriqué par Lockheed Martin) et d'un satellite de communication est inscrit au calendrier de cet ambitieux projet.