BFMTV

Le Nasa a choisi le site où son robot VIPER va chercher de la glace sur la Lune

L'objectif de l'engin spatial est de confirmer l'existence d'eau glacée sous la surface lunaire. Cette mission intervient dans le cadre du projet Artemis, qui ambitionne d'envoyer des humains sur la Lune.

L'objectif de l'engin spatial est de confirmer l'existence d'eau glacée sous la surface lunaire. Cette mission intervient dans le cadre du projet Artemis, qui ambitionne d'envoyer des humains sur la Lune. - Nicolas Asfouri / AFP

L'objectif de l'engin spatial est de confirmer l'existence d'eau glacée sous la surface lunaire. Cette mission intervient dans le cadre du projet Artemis, qui ambitionne de renvoyer des humains sur la Lune.

La Nasa a annoncé ce lundi avoir arrêté son choix sur le cratère Nobile pour faire alunir en 2023 son robot d'exploration à la recherche de glace. L'agence spatiale américaine espère que le rover sera en capacité de confirmer la présence d'eau glacée juste en dessous de la surface lunaire. Cette eau pourrait faire un jour l'objet d'une conversion en carburant de fusée pour des missions vers Mars et au-delà dans le cosmos.

"Le cratère Nobile est un cratère d'impact près du pôle Sud qui est né à la suite d'une collision avec un autre corps céleste plus petit", a déclaré à la presse Lori Glaze, directrice de la division de sciences planétaires de la Nasa.

La zone n'a pas été choisie au hasard: c'est l'une des régions les plus froides du système solaire, et qui n'a été sondée qu'à distance jusqu'ici, à l'aide de capteurs tels que ceux à bord de la sonde Lunar Reconnaissance Orbiter, et du Lunar Crater Observation and Sensing Satellite.

"Le rover va faire connaissance de très près avec le sol lunaire, forant même à un mètre de profondeur", a ajouté Lori Glaze.

Un robot d'un nouveau genre

Dénommé VIPER, acronyme de Volatiles Investigating Polar Exploration Rover, l'engin de la Nasa est lourd de 430 kg. Ses dimensions sont similaires à celles d'une voiturette de golf: 1,5 m par 1,5 m par 2,5 m. Il comporte également quelques similitudes avec les droïdes de Star Wars.

À l'inverse des rovers utilisés sur Mars, VIPER peut être piloté en temps réel, en raison d'une distance bien plus courte entre la Terre et la Lune - seulement 300.000 km ou 1,3 seconde-lumière. Il est également plus rapide, se déplaçant à environ 0,8 km/h.

Propulsé à l'énergie solaire, VIPER est doté d'une batterie de 50 heures, et est conçu de manière à résister à des températures extrêmes. Il peut également se déplacer en crabe de manière à ce que ces panneaux puissent être dirigés en permanence vers le soleil.

Une mission habitée prévue pour 2024

L'équipe derrière VIPER cherchera à savoir comment l'eau glacée a atteint la Lune en premier lieu, comment elle est restée préservée pendant des milliards d'années, comment elle s'échappe, et vers où.

L'entreprise entre dans le cadre d'Artemis, le projet américain pour renvoyer des humains sur la Lune. La première mission habitée est officiellement prévue pour 2024, mais aura lieu sûrement bien plus tard puisque plusieurs volets du projet sont déjà en retard.

Hugo Roux avec AFP