BFMTV

L'oeil de l'ouragan Michael a atteint la Floride

Le vent s'intensifie et les vagues prennent de l'ampleur ce mercredi, alors que l'ouragan Michael a touché terre en Floride.

Le vent s'intensifie et les vagues prennent de l'ampleur ce mercredi, alors que l'ouragan Michael a touché terre en Floride. - MARK WALLHEISER / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

L'ouragan Michael a touché terre en Floride ce mercredi, avec des vents à 250 km/h et "il continue de s'intensifier" rapporte l'Agence nationale océanique et atmosphérique.

L'oeil du puissant ouragan Michael, proche de la catégorie maximale 5 avec des vents renforcés à 250 km/h, a atteint les côtes de la Floride mercredi en milieu de journée, a indiqué le Centre national des ouragans (NHC).

Selon l'Agence américaine océanique et atmosphérique, il a touché terre aux alentours de 17h30 GMT près de la ville de Mexico Beach, sur le golfe du Mexique, et il "continue de s'intensifier". Il est à la limite de passer en catégorie maximale 5. 

Les journalistes présents près de Panama City récrivent une ville semblable à une zone de guerre, où les déplacements sont très difficiles à cause des nombreux arbres arrachés et des débris jonchant les chaussées. Les magasins et l'aéroport de Tallahassee ont été fermés.

Des pans de bâtiments en brique se sont effondrés et des arbres ont été abattus, semblant désormais être plus nombreux au sol qu'encore sur pied. La pluie y tombait toujours drue trois heures après l'arrivée de l'ouragan sur la côte.

Des habitant surpris par la violence de l'ouragan

Le gouverneur Rick Scott s'était dit mercredi matin très "inquiet" pour les personnes ayant décidé de ne pas évacuer. Quelque 375.000 personnes, dans plus de vingt comtés de Floride, avaient reçu l'ordre ou avaient été incitées à évacuer, selon les médias. Mais certains ont néanmoins décidé de braver la tempête.

L'ouragan a forcé le Pentagone à évacuer la base aérienne de Tindall et à déplacer le centre de contrôle assurant la sécurité aérienne des Etats-Unis, car il est situé sur une base militaire proche de Panama City, la petite ville frappée de plein fouet par les vents violents.

Le général O'Shaughnessy a indiqué qu'il craignait que de nombreux résidents aient été surpris par la violence de l'ouragan. 

"Tout ceci a commencé par une tempête tropicale, et puis c'est devenu un (ouragan de) catégorie 1, puis catégorie 2 et en un rien de temps, c'est devenu un catégorie 3", a-t-il noté. "Nous n'avons pas assisté à une évacuation aussi robuste de la population civile que lors d'autres ouragans".

Une tempête "potentiellement catastrophique"

Les autorités avaient insisté toute la matinée qu'il était désormais trop tard pour s'éloigner des côtes. Le gouverneur conseillant aux récalcitrants de ne pas sortir: "Ne vous retrouvez pas au milieu de tout cela. Vous n'y survivrez pas. C'est meurtrier".

Des dizaines de refuges ont été ouverts pour accueillir les milliers d'habitants ayant fui avant l'arrivée de l'ouragan, attendant parfois simplement allongés sur le sol en raison de l'arrivée de cette tempête "potentiellement catastrophique" d'après les météorologues.

"L'ouragan Michael a touché terre et nous continuons à préparer nos efforts de réponse rapide", a tweeté le gouverneur de Floride Rick Scott. "Nous avons des camions prêts à partir, chargés de tonnes de nourriture, d'eau et d'autres fournitures cruciales", dont 1,5 million de repas préparés. Il avait mis en garde contre une tempête "meurtrière".

Jeanne Bulant avec AFP