BFMTV

L'astronaute Michael Collins se moque de Donald Trump et de sa connaissance de Mars

Vue d'artiste d'une trace de pas sur la Lune et Mars.

Vue d'artiste d'une trace de pas sur la Lune et Mars. - NASA

Membre de l'équipage Apollo 11, qui s'est posé sur la Lune pour la première fois, Michael Collins aimerait faire de Mars le principal objectif des Etats-Unis dans l'espace.

La planète Mars plutôt que la Lune. L'astronaute Michael Collins, membre de la mythique mission Apollo 11, a regretté dans un podcast de CNN les orientations prises récemment par Donald Trump et la Nasa. 

L'agence spatiale américaine et le président américain espèrent voir l'homme remettre le pied sur la Lune d'ici 2024. Mais Michael Collins, pilote du module de commande qui était resté en orbite pendant que Buzz Aldrin et Neil Amstrong se posaient sur la Lune, souhaiterait faire de Mars le principal objectif. 

Le président Kennedy comme modèle

"Je ne suis pas sûr qu'il (Donald Trump, ndlr) soit au courant pour Mars. Peut-être qu'il ne comprend pas que Mars est une planète", a-t-il déclaré dans le podcast "Apollo11: Beyond the Moon" en se moquant du milliardaire. 

L'astronaute a un autre modèle de président: John F. Kennedy et sa méthode express. "Je pense que si nous voulons aller sur Mars, on doit le dire et partir – de la même façon que le président Kennedy a décrit le futur atterrissage sur la Lune", a expliqué Michael Collins, qui est persuadé qu'on peut sauter l'étape d'un retour sur la Lune avant d'aller sur la planète rouge.

L'ancien membre de la mission Apollo 11 suggère même de modifier le nom de la Nasa – l'acronyme de National Aeronautics and Space Administration – en National Aeronautics and Mars Administration. 

Benjamin Rieth