BFMTV

Inondations dans l'Hérault: Cazeneuve sur place auprès des sinistrés

Inondations à Montpellier, le 29 septembre 2014.

Inondations à Montpellier, le 29 septembre 2014. - Sylvain Thomas - AFP

L'Hérault a essuyé de fortes pluies, provoquant d'importantes inondations, notamment à Montpellier. Plusieurs routes étaient bloquées dans la ville, lundi, et plusieurs usagers ont dû être pris en charge ou hébergés dans la salle du Zénith.

La nuit a été plus calme que prévu dans l'Hérault, mais les dégâts dûs aux inondations qui ont submergé Montpellier et plusieurs villes du département sont tout de même là. "Les inondations sont très importantes, c'est la première fois que je vois ça", confiait dès lundi soir sur BFMTV le maire de Montpellier, Philippe Saurel. Interrogé mardi matin, l'édile a assuré que la situation était "stable et maîtrisée", et qu'aucune victime n'était à déplorer.

"Une cinquantaine de communes ont été touchées et près de 4.000 personnes prises en charge dans la nuit", a indiqué sur BFMTV le préfet de la région, néanmoins, "la tendance est à l'amélioration", a-t-il confirmé. En milieu d'après-midi en effet, la Croix-Rouge confirmait à BFMTV que "toutes les personnes hébergées étaient rentrées chez elle".

> Bernard Cazeneuve sur place

De son côté, Bernard Cazeneuve avait annoncé dans la matinée qu'une soixantaine de communes du département seraient placées en état de catastrophe naturelle. Sur place dans l'après-midi pour se rendre compte des dégâts et de l'organisation des secours, le ministre de l'Intérieur a félicité la Sécurité civile. "Nous avons réussi à maîtriser une situation extrêmement sérieuse sans qu'il y ait de victimes", a-t-il expliqué.

Le ministre a aussi confirmé que la semaine prochaine en Conseil des ministres "un décret de catastrophe naturelle " sera adopté, permettant de "mobiliser des dispositifs de secours, de soutien financier, pour les collectivités locales et les sinistrés".

> Fin de la vigilance orange, y compris pour l'Hérault

Météo France a, vers 16 heures, levé la vigilance orange pour l'Aude, le Gard, l'Hérault et les Pyrénées-Orientales. Seul le département du Var reste en vigilance orange pluies et inondations.

La vigilance orange avait été maintenue toute la nuit dans l'Hérault avec mise en place d'un numéro spécial d'information du public. "Il y a une menace directe et généralisée de la sécurité des personnes et des biens", a prévenu lundi la préfecture qui a mis en place un numéro d'information pour le public (0.811.000.634).

Lundi, le Lez, principal fleuve de l'Hérault, était en crue. Cette photo postée sur Twitter lundi donne un aperçu de la situation. Mardi matin, le Lez avait toutefois amorcé sa décrue.

> Des pluies diluviennes record

59 communes de l'Hérault sont concernées par ces inondations. A Montpellier 252 mm sont tombés en trois heures, entre 15h et 18h. Bilan de la nuit passé: il est tombé 60mm -soit un mois de pluie- en 1h au Boulou (66), prêt d'Areglès-Sur-Mer; 83mm à Bézier, dont 64mm -soit un mois de pluie- en 3 heures, entre 21h et minuit.

A noter: Montpellier a battu son record absolu de précipitations quotidiennes en seulement 3 heures, avec 252 mm s'étant abattus sur la ville entre 15h et 18h. "Il n'y a pas eu de victime ni dans la ville, ni dans l'agglomération", a souligné Philippe Saurel, le maire de Montpellier.

>> Témoins des intempéries, envoyez vos photos, vidéos à Meteo @ bfmtv.fr (sans les espaces)

> Lacirculation interrompue

Au total, autour de Montpellier, une trentaine de routes ont été bloquées, dont les accès à l'aéroport et aux communes limitrophes de Palavas-les-Flots, Lattes et Mauguio.

Côté transports, tous les tramways et bus de Montpellier ont été stoppés lundi en début d'après-midi. Ils ont été progressivement remis en service vers 18h30. 

Le trafic aérien a également été interrompu, tout comme les trains sur l'axe traversant Montpellier et quelque 1.800 personnes étaient bloquées dans les gares. "1.500 à 2.000 naufragés du rail ont été accueillis par la Croix-Rouge cette nuit", a dénombré Clément Maragou, confirmant également qu'aucune victime n'était à déplorer pour l'instant.

> 4.000 personnes prises en charge dans la nuit

Selon des chiffres dévoilés mardi matin par la préfecture, environ 4.000 personnes ont été prises en charge dans le département de l'Hérault dans la nuit, et "1.600 lits ont été déployés". Dans le hall de la gare de Montpellier, des centaines de passagers ont passé la nuit étendus sous des couvertures de survie tandis que d'autres cherchaient le sommeil à bord des rames que la SNCF avait garées sur les voies.

A Montpellier, un centre d'urgence a été installé au Zénith. Il accueillait quelque 200 naufragés, selon la mairie. Reportage de nos envoyés spéciaux:

> Dispositif de "catastrophe naturelle" pour les communes touchées

L'Etat va placer "une soixantaine de communes" touchées par les pluies diluviennes en état de "catastrophe naturelle", a annoncé ce mardi le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, sur RTL.

"Nous déclencherons pour une soixantaine de communes le dispositif de catastrophe naturelle" mercredi à l'occasion du conseil des ministres, a indiqué le ministre de l'Intérieur qui va se rendre sur place pour rencontrer les élus et "les forces mobilisées".

> Quel temps attendre pour mardi?

"Cela va mieux sur l'Hérault et le Languedoc-Roussillon mardi matin, il ne pleut plus. Mais actuellement, les cours d'eau sont en saturation et la moindre averse peut de nouveau provoquer des crues, prévient Fanny Agostini, météorologue BFMTV. De nouvelles pluies sont attendues dans la matinée."

> Les écoles ouvertes mardi à Montpellier

"Les écoles seront ouvertes aujourd'hui, sauf celles qui ont pâti des inondations", a précisé le maire Philippe Saurel, mardi matin sur BFMTV.

S. C.