BFMTV

Incendies en Australie: la Nasa traque les nuages de fumée qui ont atteint l'Amérique du Sud

Ces derniers jours, les fumées des incendies australiens ont parcouru des milliers de kilomètres, et forment des nuages aussi appelés "orages de feux".

Les incendies en Australie ont des conséquences qui dépassent largement ses frontières. Après avoir fait rougir les glaciers de Nouvelle-Zélande, les fumées des gigantesques feux qui ravagent le pays depuis plusieurs mois se sont exportées à plus de 12.000 km pour atteindre l’Amérique du Sud la semaine dernière, selon les services météorologiques du Chili et de l’Argentine.

Des nuages de fumée ont été observés à plus de 15.000 mètres d’altitude donnant au soleil des nuances de couleur caramel et dégradant nettement la qualité de l’air.

Ces nuages appelés "pyrocumulonimbus" naissent du réchauffement de l'air au-dessus d'un incendie. Ce phénomène "engendre un courant d'air ascendant qui aspire la fumée dans l'atmosphère comme le ferait une cheminée. Au cours de son ascension, l'air se refroidit et se condense en formant des nuages. Plus il s'élève, plus il y a de risque qu'il déclenche un orage", expose Mike Flannigan, professeur et spécialiste des feux de forêt à l'université d'Alberta, aux États-Unis, explique au National Geographic

"Orages de feux"

La Nasa traque ces phénomènes météorologiques, aussi connus sous le nom d'"orages de feux": une vidéo satellite capturée par l’agence spatiale américaine suit les déplacements de ces nuages, illustrés ici en jaune, vers l’Amérique du Sud.

D’après les observations du Service météorologique national d'Argentine (SMN), rapportées par l’Agence France-Presse (AFP), ces pyrocumulonimbus sont "transportés par les systèmes de fronts qui se déplacent d'ouest en est".

La Nasa précise que ces orages de feux sont chargés en électricité et peuvent aggraver les incendies en générant des vents puissants. Ils peuvent également transporter les braises d'un incendie, risquant ainsi de créer un nouveau départ de feu dans une zone pourtant préservée. 

L'entreprise de météorologie brésilienne Metsul a indiqué que les fumées avait également atteint Rio Grande do Sul, l'Etat le plus méridional du Brésil. Selon la Nasa, ces pyrocumulonimbus devraient faire le tour du globe pour retourner au-dessus de leur point de départ: l’Australie.

Ambre Lepoivre