BFMTV

Felix Baumgartner : "A un moment, je me suis dit qu'il y avait danger"

-

- - -

Roswell au Nouveau Mexique a toujours été une terre de fantasmes avec sa fameuse zone 51. Mais c'est aussi une terre de record. En voici un, a ajouté à son palmarès.

Il 9h30, heure locale, quand l'Autrichien Felix Baumgartner s'élance dans l'atmosphère depuis sa capsule accrochée à un ballon rempli d'hélium. L'ascension aura duré deux heures et demie et le curieux appareillage se trouve à 39.000 mètres de la Terre, au cœur de la stratosphère. Avec le recul, ce sont ces trente secondes avant le saut que le parachutiste trouvera les plus excitantes.

"J'espère que tout ceux qui me regardent peuvent voir ce que je vois. Parfois, il faut monter très haut pour s'apercevoir à quel point nous sommes petits," déclare l'Autrichien avant de se lancer.


0 à Mach 1 en 48 secondes

Une fois lancé, l'accélération est énorme. Il ne faut que 48 secondes au parachutiste pour passer de 0 à 1.173 km/h, soit la vitesse du son. C'est alors que Felix part à vrille. Au sol l'équipe retient son souffle et craint une perte de connaissance. Heureusement, le sauteur se stabilise.

Il ouvre finalement son parachute au bout de 4 minutes et 18 secondes. Son parachute s'est ouvert normalement et le parachutiste se pose sain et sauf dans le désert de Roswell.

A l'arrivée, un double record : non seulement Felix Baumgartner est le premier homme à franchir le mur du son, atteignant 1,24 fois la vitesse du son, mais il bat également le record de vitesse en chute libre.

Portrait d'un sauteur de l'extrême

Habitué des performances de ce type, Félix Baumgartner a amultiplié les sauts spectaculaires ces dernières anées. Retour sur son parcours en images.

>> A lire aussi, le portrait de Felix Baumgartner, sauteur de l’extrême