BFMTV

ExoMars: "Nous devons comprendre ce qui s'est passé dans les dernières secondes", dit l'ESA

Pourquoi Schiaparelli ne répond-il pas comme prévu? L'Agence spatiale européenne cherche la réponse. Les données d'entrée dans l'atmosphère martienne, puis de la descente vers le sol, ont en revanche été collectées.

Schiaparelli est-il sain et fonctionnel à la surface de Mars? L'agence spatiale européenne ne sait pas encore s'il "a survécu" à l'atterrissage. Elle donnait une conférence de presse ce jeudi matin, depuis le centre européen de contrôle des opérations (ESOC) à Darmstadt, en Allemagne, après une longue nuit d'incertitude.

Si aucun signal de l'atterrisseur n'a été reçu depuis l'atterrissage, l'ESA fait valoir que les données dans l'atmosphère martienne ont en revanche été collectées pendant la descente. Le parachute s'est déployé comme prévu, et avant lui, le bouclier thermique a joué son rôle, mais pour des raisons encore inexpliquées, Schiaparelli ne répond pas.

"Nous ne sommes pas encore en mesure de déterminer les conditions (...) dans lesquelles l'atterrisseur a touché le sol" mercredi. Les données de la descente ont été collectées, mais l'atterrisseur ne réagit pas comme prévu", détaille Andrea Accomazzo, chef des missions du système solaire à l'ESA. "Il faudra d'autres éléments pour savoir "s'il a survécu structurellement ou pas", a-t-il ajouté. "Nous devons comprendre ce qui s'est passé dans les dernières secondes", résume de son côté, David Parker, président de l'ESA.

L'Agence fait valoir la valeur de test, crash ou non, que la descente de Schiaparelli représente. Le but, rappelle-t-elle n'est pas la recherche scientifique confiée à la sonde TGO, qu'un teste technique posant des bases pour l'atterrissage d'un véritable "rover", sur le sol martien.

Succès pour TGO, la "pierre angulaire" du programme

Jusqu'à présent, seuls les Américains sont parvenus à poser un engin fonctionnel sur Mars. C'est la deuxième fois que l'Europe se lance à la conquête de Mars. En 2003, Mars Express avait largué un mini-atterrisseur Beagle 2, de conception britannique, qui a atterri mais n'a jamais donné signe de vie.

L'ESA a insisté sur le succès de la mise en orbite de la sonde TGO qui doit "renifler l'atmosphère martienne". La sonde constitue la "pierre angulaire" du programme, selon l'agence. 

TGO et l'atterrisseur Schiaparelli ont effectué un périple de sept mois avant d'atteindre la planète. Ils forment le premier volet d'ExoMars, mission scientifique européano-russe qui vise à rechercher des indices d'une vie actuelle et passée sur Mars. Elle va se dérouler en deux temps (2016 et 2020).

David Namias