BFMTV

Variant Delta: l'Espagne demande à la France de ne "pas attiser les peurs", le Portugal temporise

Des passants dans les rues de Barcelone (Espagne), le 26 juin 2021.

Des passants dans les rues de Barcelone (Espagne), le 26 juin 2021. - Josep LAGO / AFP

Des représentants de l'Espagne en France ont demandé à la France de "ne pas attiser les peurs, les angoisses." Côté portugais, le ton est plus mesuré, en estimant que "les inquiétudes d'un État ami comme la France" étaient "compréhensibles".

"Un conseil de prudence." Jeudi, le secrétaire d'État aux Affaires européennes, Clément Beaune a enjoint les Français qui n'ont pas encore réservé leurs vacances "d'éviter l'Espagne, le Portugal" face à la propagation du variant Delta. "C'est une recommandation sur laquelle j'insiste, il vaut mieux rester en France ou aller dans d'autres pays", a-t-il ajouté.

Depuis, les représentants des deux pays en France multiplient les messages rassurants à l'attention des touristes français, affirmant qu'il n'y avait "rien à craindre".

Ne pas "attiser des angoisses, des peurs"

Dans l'après-midi jeudi, l'ambassadeur d'Espagne en France, José Manuel Albares Bueno a tenu à rassurer les touristes français sur BFMTV:

"J'encourage tous les Français qui le souhaitent à aller cet été en Espagne dans le strict respect des mesures sanitaires en vigueur" dans le pays, a ainsi affirmé le représentant du royaume, assurant que "non, il n'y a rien à craindre pour les touristes français s'ils veulent se rendre en Espagne".

José Manuel Albares appelait aussi à ne "pas fragiliser le secteur du tourisme, les hôteliers, les restaurateurs", soulignant qu'ils avaient été "lourdement frappés par le Covid, alors il ne faut pas attiser les peurs, les angoisses."

"Nous devons tous agir avec beaucoup de prudence et concertation entre partenaires européens. Attiser des angoisses, des peurs, cela n'aide pas du tout. Ce qui sert, c'est de se concerter et agir après réflexion", a-t-il ajouté auprès de nos confrères de l'AFP.

Vers de nouvelles "mesures spécifiques"

Daniel Camós, délégué du Gouvernement de Catalogne en France a répété ce message vendredi, au micro d'Europe 1, promettant que la région était une "destination touristique sûre".

"En France, la proportion de jeunes qui sont vaccinés est plus élevée, mais la proportion de toute la population vaccinée en Catalogne est aujourd'hui bien plus élevée", a-t-il fait remarquer, ajoutant qu de nouvelles "mesures spécifiques" allaient être prises, sans toutefois citer lesquelles.

Daniel Camós assure que les Français peuvent, avec notamment le QR code européen, "se rendre en Espagne en toute sécurité".

Le Portugal évoque des inquiétudes "compréhensibles"

Côté portugais, le ton est plus mesuré. Reconnaissant que la situation sanitaire de son pays s'était "aggravée", le ministre des Affaires étrangères Augusto Santos Silva a fait valoir jeudi que "les inquiétudes d'un État ami comme la France" étaient "compréhensibles".

"Il s'agit d'un conseil", a-t-il indiqué à l'agence Lusa, précisant que les membres de la communauté portugaise de France pouvaient rentrer chez eux car ces voyages figurent parmi les déplacements jugés essentiels.

Le Portugal a par ailleurs élargi depuis ce vendredi l'usage du pass sanitaire. Les Portugais doivent désormais présenter un pass sanitaire ou un test négatif au coronavirus pour loger dans un hôtel ou avoir accès aux restaurants des régions les plus touchées par la recrudescence de l'épidémie de Covid-19.

Le couvre-feu nocturne imposé depuis vendredi dernier continue à s'appliquer dans les zones à risque, concentrées pour l'essentiel à Lisbonne et ses environs, puis dans la région touristique de l'Algarve (sud).

Esther Paolini avec AFP Journaliste BFMTV