BFMTV

Vaccin "efficace à 90%": que signifie vraiment ce chiffre?

(photo d'illustration)

(photo d'illustration) - SCOTT OLSON - GETTY IMAGES NORTH AMERICA - AFP

Les laboratoires Pfizer et BioNTech ont annoncé avoir un candidat-vaccin "efficace à 90%" contre le Covid-19, mais il s'agit de résultats préliminaires, pour un produit qui reste encore à l'étude.

Un candidat-vaccin développé par les laboratoires Pfizer (Etats-Unis) et BioNTech (Allemagne) est "efficace à 90%", ont annoncé les deux laboratoires ce lundi. Un chiffre qui impressionne, et qui relance l'espoir d'endiguer la pandémie de Covid-19, qui a fait plus de 1,2 million de morts dans le monde.

Mais ce chiffre, aussi élevé soit-il, n'est qu'un résultat préliminaire issu d'un communiqué de presse, alors que l'essai est toujours en cours.

D'une part il faut comprendre que ce candidat-vaccin n'a pour le moment obtenu aucune autorisation de commercialisation et qu'il est toujours en phase 3 d'expérimentation. D'autre part, ces résultats s'appuient sur un processus scientifique sélectif dans certaines conditions, et pourraient être différents à grande échelle.

90% de quoi?

"Le vaccin candidat s'est avéré efficace à plus de 90% dans la prévention du Covid-19 chez les participants sans preuve d'infection antérieure par le SARS-CoV-2", explique le communiqué de Pfizer et BioNTech.

L'efficacité présentée dans le communiqué est ce qui est appelé "efficacy", en anglais. Il s'agit du "pourcentage de réduction de l'incidence d'une maladie sur un groupe vacciné, comparé à un groupe non-vacciné, dans des conditions optimales", explique une fiche de l'Organisation Mondiale de la Santé.

Ainsi, dans les essais présentés ce lundi, le groupe de patients ayant reçu le vaccin a contracté 90% de moins de cas de Covid que le groupe qui a reçu un placebo.

La différence entre efficacy et effectiveness

Il faut aussi noter que ce pourcentage particulièrement haut a été obtenu dans des conditions bien spécifiques d'un essai clinique, ce qui biaise forcément les résultats.

"Lorsqu’un vaccin est mis sur le marché, il a déjà fait la preuve de son innocuité et de son immunogénicité dans les conditions idéales des essais cliniques", explique le site Vaccination Info Services. "Cependant son efficacité, mesurée dans les conditions rigoureuses d’un essai clinique randomisé (efficacy en anglais), surestime le plus souvent son pouvoir réel de protection dans les conditions réelles d’utilisation en routine (effectiveness en anglais)".

Le laboratoire Pfizer revendique 43.538 participants à ses tests, et parmi eux, "approximativement 42% des participants mondiaux et 30% des participants américains ont des origines raciales et ethniques diverses". Mais cette hétérogénéité ne peut représenter toutes les disparités entre les êtres humains, et donc l'efficacité réelle du vaccin sur toute la population.

"Le pourcentage final d'efficacité du vaccin peut varier"

"À titre d’exemple, le vaccin contre la grippe, très efficace lors de son expérimentation chez de jeunes adultes, s’est révélé moins performant lorsqu’il a été utilisé chez des personnes âgées", explique Vaccination Info Services.

Comme il est précisé par Pfizer et BioNTech, l'étude doit encore évaluer l'effet de la protection de ce candidat-vaccin chez ceux qui ont déjà été contaminés par le Covid-19. De plus, ces tests se sont déroulés sur quelques mois, la phase trois pour ce candidat vaccin ayant commencé le 27 juillet 2020. Difficile donc de savoir sur le long terme quelle va être son efficacité, et la diminution de sa protection avec le temps.

Ainsi "au fur et à mesure que l'étude se poursuit, le pourcentage final d'efficacité du vaccin peut varier", explique le communiqué.
Salomé Vincendon
Salomé Vincendon Journaliste BFMTV