BFMTV

Purificateurs d'air dans les écoles: la volte-face de Jean-Michel Blanquer

Le ministre de l'Education nationale, Jean-Michel Blanquer, à la sortie du Conseil des ministres le 13 janvier 2021

Le ministre de l'Education nationale, Jean-Michel Blanquer, à la sortie du Conseil des ministres le 13 janvier 2021 - Ludovic MARIN / AFP

Après avoir longtemps minimisé leur efficacité, le ministre de l'Education nationale incite désormais les collectivités locales à équiper les établissements scolaires de purificateurs d'air.

"Nous faisons évoluer ce que nous disons en fonction des études scientifiques que nous avons". Après avoir mis en doute pendant des mois l'efficacité des purificateurs d'air pour lutter contre la propagation du Covid-19 dans les espaces clos, le ministre de l'Education nationale a affirmé ce dimanche sur RTL qu'il se montrait favorable à leur installation dans les établissements scolaires. Un changement d'avis formulé dès le 22 avril lorsque Jean-Michel Blanquer détaillait devant la presse le protocole sanitaire renforcé qui est entré en vigueur ce lundi à l'occasion de la rentrée des classes.

"Nous encourageons les collectivités" à installer des capteurs de CO2 et des purificateurs d'air "à chaque fois que cela est pertinent", assurait-il aux côtés de Jean Castex et d'Olivier Véran.

Des études scientifiques "mitigées"

Réclamés dès le mois de septembre par de nombreuses associations de parents d'élèves et syndicats, l'installation de purificateurs d'air et de capteurs de CO2, qui permettent de mesurer la concentration de CO2 dans l'air, n'avait pas jusque là été fixée comme une priorité par le ministère de l'Education nationale qui insistait davantage sur l'aération régulière des salles de classe. Et ce, alors que la dernière étude ComCor menée par l'Institut Pasteur montrait que sur 10.000 contacts uniques extra-domiciliaires à l’origine d’une infection, 80% avaient eu lieu à l’intérieur, fenêtres fermées, 15% à l’intérieur, fenêtres ouvertes, et 5% à l’extérieur.

"Les autorités de santé ont fait des analyses sur les purificateurs d'air, et les premières étaient assez mitigées", a souligné le ministre sur RTL. "Il apparaissait parfois que les purificateurs d'air n'étaient non seulement pas une solution mais qu'ils pouvaient même être contreproductifs", a-t-il ajouté.

En novembre dernier, invité sur France inter, Jean-Michel Blanquer avait déjà mentionné des études concluant à l'inutilité des purificateurs dont certains, selon lui, semblaient même "renvoyer le virus".

Si aucune étude nationale n'a été lancée en France sur l'efficacité de ces dispositifs, la région Auvergne-Rhône-Alpes a mobilisé, dès le mois d'octobre, 10 millions d'euros pour installer des purificateurs d'air dans les écoles et lycées de la région. Pour justifier cette initiative, Laurent Wauquiez s'était alors appuyé sur les résultats d'une enquête réalisée par le laboratoire Virpath qui concluait que "les purificateurs d'air équipés de filtres hautes performances de type HEPA capturent plus de 99% des virus du Covid-19".

Mélanie Rostagnat Journaliste BFMTV