BFMTV

"Peu porteurs, peu transmetteurs": une étude confirme le rôle minime des enfants dans l'épidémie de Covid-19

L'étude française d'une équipe de pédiatres confirme que les enfants sont peu porteurs du coronavirus et peu contagieux. Quand ils l'attrapent, c'est le plus souvent par un adulte contaminé.

"Une maladie d'adultes". Pour Robert Cohen, pédiatre et infectiologue à l'hôpital de Créteil (Val-de-Marne), coronavirus et enfance n'ont que peu d'atomes crochus. Interrogé sur BFMTV, le spécialiste a livré ce mardi les premiers résultats d'une étude menée par des pédiatres pour mesurer la place des enfants dans la diffusion de l'épidémie de coronavirus.

Selon lui, le risque de la maladie chez l'enfant est "extrêmement faible, on peut dire mille fois inférieur à celui chez l'adulte".

"Les enfants sont peu porteurs, peu transmetteurs, et quand ils sont contaminés c'est presque toujours des adultes de la famille qui les ont contaminés", explique-t-il. Ces résultats "confirment complètement l'ensemble de la littérature" scientifique sur le sujet.

Le pédiatre ajoute que même entre eux, les enfants sont très peu contagieux. Quant à la contagion de l'enfant à l'adulte, "ce n'est pas dans ce sens là que se produit le plus souvent la transmission. Cela ne veut pas dire qu'elle ne peut jamais se transmettre dans ce sens là, mais ce n'est pas le mode de contagion".

"Si l'épidémie repart ce n'est pas par les écoles mais par les adultes"

Car si ses travaux confirment bien que les enfants sont peu porteurs et peu transmetteurs, "on répète toujours que le risque zéro n'existe pas, mais il est extrêmement faible et est renforcé par les mesures d'hygiène prises dans les écoles", déclare Robert Cohen.

En ce sens "les enfants à l'extérieur de l'école sont probablement plus en danger qu'à l'intérieur de l'école", souligne le pédiatre, disant partager l'analyse du ministre de l'Education nationale qui avait fait une déclaration similaire.

Pour lui les images des rassemblements parisiens au Canal Saint Martin ou encore à Montmartre sont bien plus inquiétantes que le retour des enfants à l'école: 

"Si l'épidémie repart ce n'est pas par les écoles qu'elle va repartir, c'est par les adultes".
Salomé Vincendon