BFMTV

Coronavirus: des pédiatres lancent une étude pour savoir combien d'enfants sont contaminés

Les travaux doivent porter sur 600 enfants de région parisiennes, dont la moitié souffrent des symptômes du Covid-19.

A quel niveau les enfants sont-ils touchés par le coronavirus? La question est à nouveau posée, avec l'annonce de la réouverture des écoles à partir du 11 mai. Depuis le début de la pandémie, l'hypothèse la plus courante reste que les plus jeunes peuvent être contaminés par le Covid-19, et donc le transmettre, mais que la très grande majorité d'entre eux resterait asymptomatique.

Cette théorie est pour l'instant confortée par le nombre de morts très faible parmi les moins de 20 ans. "Les enfants sont moins souvent contaminés, ils tombent moins malades et moins gravement malades", a estimé le pédiatre Robert Cohen sur BFMTV-RMC.

Une étude sur 600 enfants

Pour en avoir le coeur net, Robert Cohen ce mardi lancé avec son équipe une étude portant sur 600 enfants de région parisienne, dont une partie a des symptômes de coronavirus, et l'autre non. Ces derniers seront testés par des pédiatres de ville.

"On était partis avec l’idée que comme beaucoup de virus respiratoires, les enfants portaient plus de virus que les autres", explique-t-il ce jeudi matin sur BFMTV et RMC, précisant que pour le cas du coronavirus, cette hypothèse pouvait être inexacte. 

Les premiers résultats, qui devraient être connus dans un mois, seront importants au moment où la réouverture des écoles le 11 mai prochain, comme l'avait annoncé Emmanuel Macron en début de semaine, suscite de nombreuses inquiétudes. 

"Quel est le taux d’enfants qui portent le virus? Quel est le taux d’enfants qui a déjà été contaminé?", se demande-t-il encore, traçant les grandes lignes de l'étude. 

Les premiers résultats dans un mois

"Ce que l'on va recueillir comme données est capital. Cela donnera une idée du pourcentage d'enfants contaminés et la répercussion que cela peut avoir sur les adultes. Si on constate sur seuls 3% sont porteurs, le risque est très faible. Si c'est 30%, c'est une autre histoire...", précisait Robert Cohen ce mercredi, cette fois-ci dans le Parisien

En revanche, le pédiatre souligne que les résultats de ces travaux devraient être confirmés après le confinement. "On est en période de confinement, ça fait un mois que les enfants ne se rencontrent plus, les taux vont être bas mais il faudra contrôler après", conclut-il. 

Hugo Septier