BFMTV

Paris: le retour de traces de Covid-19 dans les eaux usées interroge sur une reprise de l'épidémie

Image d'illustration plaque d'égouts

Image d'illustration plaque d'égouts - Pixabay

D'infimes traces de coronavirus ont été retrouvées dans les eaux usées parisiennes depuis une quizaine de jours, laissant envisager un léger rebond de l'épidémie dans la capitale.

Un signe du redémarrage de l'épidémie de Covid-19 à Paris? D'après des informations obtenues par le journal Le Monde, d'infimes traces de coronavirus ont été détectées dans les eaux usées de la capitale. Six des douze analyses effectuées après le confinement, entre le 22 mai et le 25 juin se sont en effet révélées positives au Covid-19. Des prélèvements réalisés la semaine suivante ont corroboré ces résultats, précise le quotidien.

Ces analyses interrogent. Entre le 5 mars et le 23 avril, des prélèvements similaires avaient en effet permis de démontrer une corrélation entre la concentration de Covid-19 dans les eaux usées de Paris et le nombre de personnes contaminées dans la capitale, chaque indicateur augmentant en même temps que l'autre. Lorsqu'un malade se rend aux toilettes, il deverse en effet une infime quantité de Covid-19 dans les eaux usées. Une concentration de coronavirus plus importante dans ces eaux signifie logiquement que plus de personnes rejettent le virus, et qu'un nombre plus important de Parisiens sont contaminés.

Mais après cette période, les traces de virus dans les eaux usées avaient totalement disparu des prélèvements effectués mi-mai.

"Pas d'alerte majeure sur une reprise épidémique"

La résurgence d'une petite quantité de coronavirus entre fin mai et fin juin marquerait un signe d'un regain de l'épidémie de Covid-19 dans la capitale?

"C’est l’inquiétude, mais nous avons besoin d’éléments complémentaires", nuance cependant Anne Souyris, adjointe à la mairie de Paris en charge de la santé, auprès du Monde. Aurélien Rousseau, directeur de l’Agence régionale de santé d'Ile-de-France, précise quant à lui avoir "pris connaissances de ces analyses".

"Mais nous devons construire la méthode pour les exploiter. Nous ne voulons pas nous engager sur de fausses pistes", déclare-t-il. "A ce stade, nous n’avons pas d’alerte majeure sur une reprise épidémique."

L'Académie de médecine plaide pour une surveillance "systématique" des eaux usées

De son côté, l'Académie de médecine a noté dans un communiqué mardi que la "relation temporelle directe" entre la présence du virus dans les eaux usées et la vague épidémique est un "indicateur un précieux outil pour prévoir d'éventuelles résurgence".

Elle plaide ainsi pour une surveillance "systématique" de la circulation du SARS-CoV-2 par l'analyse des eaux usées des stations d'épuration "tant que le virus circulera dans la population".

Outre les eaux usées, d'autres indicateurs empêchent de fermer la porte à une résurgence du virus à Paris et en Ile-de-France. Les appels à SOS Médecins en raison d'une suspicion de Covid-19 ont par exemple progressé de 39% ces deux dernières semaines selon Santé publique France et la courbe traduisant les nouvelles infections augmente légèrement dans plusieurs départements franciliens.

Juliette Mitoyen avec AFP