BFMTV

Meurthe-et-Moselle: le préfet alerte sur une hausse des contaminations et un relâchement des comportements

Une chambre de l'hôpital Saint-Louis à Paris le 28 mai 2020.

Une chambre de l'hôpital Saint-Louis à Paris le 28 mai 2020. - Martin BUREAU / AFP

Le taux d'incidence de contamination au coronavirus "est passé à plus de 20, alors qu'il est à 4 au niveau national", s'est alarmé lors d'une conférence de presse mercredi le préfet Éric Freysselinard.

Zone de tension pendant la crise sanitaire, le département de Meurthe-et-Moselle observe une hausse importante du nombre de contaminations au coronavirus, alerte ce mercredi le préfet Éric Freysselinard. 

341 patients confirmés

"Le taux d'incidence, c'est-à-dire le nombre de cas positif pour 100.000 habitants est passé à plus de 20, alors qu'il est à 4 au niveau national", a mis en garde le préfet, lors d'une conférence de presse tenue en fin d'après-midi, rapportée par Lorraine-Actu.

Selon les dernières données disponibles sur le site de l'Agence régionale de santé (ARS) du Grand-Est, le département connaît une augmentation de son taux d'incidence depuis le 2 juin, qui était alors à 7, pour atteindre désormais 20,9. Entre la fin du mois de mai et la première semaine de juin, le nombre de tests positifs dans le département est ainsi passé de 3 à 41, en moins de dix jours.

Au total, la Meurthe-et-Moselle comptabilise 341 nouveaux patients confirmés, ce qui la rapproche par exemple du Haut-Rhin (339), ancien foyer de contaminations.

De "l'imprudence dans des moments privés"

Cette "forte augmentation des cas depuis une semaine" peut s'expliquer, selon Éric Freysselinard par une "imprudence dans des moments privés, fêtes des voisins, réunions familiales".

Si le nombre de cas continue de croître, le préfet réfléchit à durcir les contrôles dans les lieux de rassemblement et les commerces:

"J'envisage d'envoyer la police municipale ou nationale dans les bars pour vérifier que les mesures de distanciation et de port du masque par les serveurs, de vérifier que les grandes surfaces imposent bien le port du masque comme je l'avais demandé", a prévenu le fonctionnaire.
Par E.P avec AFP