BFMTV
Santé

Mal-être chez les étudiants: 36% déclarent avoir déjà eu des pensées suicidaires, selon une étude

Un amphithéâtre d'université (image d'illustration)

Un amphithéâtre d'université (image d'illustration) - -

70% des étudiants se disent en situation de mal-être, relève une enquête de la LMDE. La mutuelle étudiante souligne que ce chiffre est en augmentation par rapport à sa dernière enquête réalisée en 2019, avant la crise sanitaire.

70% des étudiants se disent en situation de mal-être, selon une enquête de l'Institut CSA pour la mutuelle étudiante LMDE, dont les résultats ont été publiés ce lundi par France Info. Ce chiffre est en augmentation de cinq points par rapport aux données de la dernière enquête de ce type, qui date de 2019, soit juste avant la crise sanitaire du Covid-19.

Cette étude permet de "mieux connaître vos habitudes de vie et de santé", et de mieux y répondre, explique la LMDE sur son site. Si les résultats de l'enquête n'étaient pas encore publics lors de l'écriture de cet article, la mutuelle précise que cette année, 3255 étudiants ont répondu à ses questions.

36% des répondants ont eu des pensées suicidaires

Outre les 70% d'étudiants déclarant être en situation de mal-être, l'étude relève également que 36% des répondants expliquent avoir eu des pensées suicidaires (+6 points).

Ce dernier chiffre "est en nette augmentation par rapport à 2019, et c'est d'autant plus inquiétant que la moitié de ces étudiants disent ne pas en parler, ne pas se confier", explique sur France Info ce lundi Fabrice Grière, directeur général de la LMDE.

"Le chiffre des 70% de mal-être étudiant nous a fortement interpellé, même si c'est une tendance de fond qu'on avait déjà identifiée en 2019, elle est en hausse", déclare-t-il.

D'autre part, 68% des personnes interrogées évoquent des symptômes dépressifs, et pour 46% "la dépression est l’une des principales craintes de maladies", explique le média. Pour 68% des répondants, la crise sanitaire due au Covid-19 a eu une incidence négative sur leur vie étudiante, ce qui contribue à leur sentiment de mal-être.

Stress, problèmes financiers, insécurité, climat...

Pour expliquer cette dégradation de la santé mentale des étudiants, "beaucoup de causes nous sont remontées: on a des étudiants qui au trois quarts sont stressés, la moitié des étudiants qui nous disent avoir des problème financiers, avoir vécu des problèmes d'insécurité, et puis il nous font part d'un grand pessimisme quant à leur avenir dans la société", explique Fabrice Grière.

80% se disent notamment pessimistes à propos du changement climatique.

Ces données viennent confirmer une situation déjà connue et pointée du doigt pendant le Covid-19, qui se pérennise actuellement. "La précarité étudiante qui était déjà là avant est accrue", déclarait ainsi la semaine dernière sur BFM Lille Emmanuelle Jourdan-Chartier, vice-présidente vie étudiante de campus à l'université de Lille.

Les psychologues et psychiatres ont également noté ces derniers mois la venue dans leurs cabinets d'une clientèle plus jeune, dont la vie sociale a été très affectée pendant la crise sanitaire. Doctolib souligne ainsi dans une étude que la part des rendez-vous pris chez les psychologues et psychiatres en 2021 a notamment augmenté chez les 18-24 ans. Ils "représentaient 13,3% des rendez-vous chez le psychologue en 2020 contre 15,1% en 2021", précise la plateforme.

Des aides financières ont été ouvertes par le gouvernement pour venir en aide aux étudiants en souffrance, ainsi que des moyens déployés pour l'accès à des soins en cas de dégradation de la santé mentale. La LMDE explique avoir de son côté mis en place une ligne téléphonique pour venir en aide aux étudiants en détresse.

Salomé Vincendon
Salomé Vincendon Journaliste BFMTV