BFMTV

Le tatouage qui change de couleur pour vous aider à surveiller en temps réel votre santé

En fonction des changements métaboliques à l'intérieur de notre corps, l'encre passe d'une teinte à une autre.

En fonction des changements métaboliques à l'intérieur de notre corps, l'encre passe d'une teinte à une autre. - Capture d'écran Vimeo

Et si un simple tatouage suffisait à vous prévenir d'un taux de glucose ou de sodium dans le sang trop important? Une équipe du MIT et du Harvard Medical School a trouvé des encres capables de réagir aux changement internes du corps.

Contrôler sa glycémie avec un simple tatouage est déjà une réalité. Des chercheurs au MIT (Massachusetts Institute of Technology) et de la Harvard Medical School ont mis au point des encres réagissant chimiquement aux changements intervenant à l'intérieur du corps. Pour faire de la peau humaine une espèce "d'affichage interactif" ils ont incorporé dans le liquide des biosenseurs.

A l'heure actuelle, trois encres ont été développées dans le cadre du projet DermalAbyss. Elles répondent aux modifications intervenant dans le liquide interstitiel qui remplit l'espace entre les vaisseaux capillaires sanguins et les cellules, et facilite les échanges de nutriments et de déchets entre ces derniers.

Glucose, sodium et pH

Parmi les trois variantes développées celle qui témoigne d'une augmentation du taux de glucose passe du bleu au brun. Celle qui mesure le pH (acidité dans l'organisme) évolue du rose au pourpre. Enfin, l'encre détectant le sodium brille d'une teinte verte et vibrante quand elle est exposée aux UV. 

Les domaines d'application sont très nombreux. Les personnes souffrant de diabète ou devant adopter un régime alimentaire particulier seront intéressées par cette technologie. Mais les chercheurs préviennent qu'elle n'offrira pas le même degré de précision que celui atteint grâce à une analyse sanguine. Le but est plutôt d'avoir une indication sur les changements métaboliques.

Pour l'instant, ces encres doivent passer des séries de tests, notamment sur les animaux. Le but sera déterminer les risques d'effets secondaires, comme les allergies.

David Namias