BFMTV

Le coronavirus est-il plus virulent avec le froid ?

Des passants masqués à Moscou, le 12 octobre 2020

Des passants masqués à Moscou, le 12 octobre 2020 - NATALIA KOLESNIKOVA © 2019 AFP

Depuis plusieurs semaines, les médecins observent une forte augmentation de la circulation du coronavirus, alors que les températures se sont dans le même temps refroidies.

En parallèle de l'arrivée des températures automnales plus froides en France, et en Europe, la circulation du Covid-19 a fortement augmenté ces dernières semaines. La question se pose alors de la corrélation entre cette virulence et la baisse du thermostat.

"Nous-mêmes nous sommes surpris par la brutalité de ce qui est en train de se passer depuis 10, 15 jours, peut-être liée à un refroidissement et au fait que ce virus est relativement sensible au climat", déclarait lundi sur RTL le président du Conseil scientifique Jean-François Delfraissy.

En mai, l'Académie nationale de médecine s'était interessée à différentes études liant climat et Covid-19. "L’importance de cette corrélation a pu être quantifiée, une augmentation de 1 degré de température étant associée à une diminution de 3,1 % des nouveaux cas et de 1,2 % des décès", expliquait l'institution, attendant toutefois plus de données sur le sujet.

Pas de corrélation prouvée avec le froid

"Ces études ont des limites, elles permettent d'apprécier la durée du vie de virus mais ne mesurent pas sa contagiosité", a souligné mardi sur BFMTV Jean-Michel Molina, chef du service des maladies infectieuses et tropicales à l'hôpital Saint Louis (Paris).

De plus, Jean-Michel Molina souligne qu'à l'inverse, "l'été malheureusement n'a pas permis d'arrêter la propagation de ce virus", ce qui limite selon lui la relation entre climat et Covid-19. "On avait espéré que ce coronavirus, comme d'autres coronavirus, puisse avoir une saisonnalité dans sa transmission en espérant que l'été il y aurait un arrêt de la transmission, et finalement ça ne s'est pas produit".

"On ne peut pas être certain de l’impact des conditions hivernales sur le coronavirus", rappelle au journal suisse Le Temps Valeria Cagno, virologue du département de microbiologie et médecine moléculaire de l’Université de Genève. "Certains indices suggèrent une circulation facilitée, d’autres vont dans le sens opposé".

"Les gens se regroupent parce qu'il fait froid"

S'il ne peut pour le moment être avéré que le SARS-Cov-2 est plus virulent par temps froid, les médecins soulignent que ce sont les comportements adoptés l'hiver qui peuvent augmenter sa propagation.

"Ce qu'il se passe l'hiver, c'est que les gens se regroupent parce qu'il fait froid, ils se regroupent dans des espaces confinés et c'est comme ça que la transmission a lieu de façon encore plus importante", explique Jean-Michel Molina.

De plus par temps froid, "l'organisme est plus fragile car le système immunitaire au niveau de la structure respiratoire est plus sensible et il s'affaiblit face à tous les pathogènes", expliquait Yves Gaudin, virologue à l'Institut de biologie intégrative de la cellule de Paris-Saclay, au Parisien ce samedi. Le corps pourrait ainsi être moins à même de se défendre contre la Covid-19.

Pour limiter la circulation du SARS-Cov-2 cet hiver et cet automne, "en milieu confiné, il faut porter des masques et il faut ouvrir les fenêtres. L'aération est une des choses qu'on a apprises dans les trois derniers mois qui semble avoir un impact sur le risque d'être infecté", expliquait vendredi sur BFMTV Arnaud Fontanet, épidémiologiste et membre du Conseil scientifique. "Vous ouvrez les fenêtres cinq à dix minutes toutes les heures et vous faites déjà beaucoup pour limiter la circulation du virus".
Salomé Vincendon
Salomé Vincendon Journaliste BFMTV